Ce matin, Sophia a écrit une lettre...

Lettre à Douste
 

Cher Philippe Douste-Blazy, mon tout doux, mon Doudou, mon Bla-bla, ma grande saucisse de Toulouse adorée,
 

Si je t'écris aujourd'hui c'est parce que parmi les trois timbrés qui ont été désignés par le comité d’éthique du CNRS, comme ayant pratiqué une forme de ”populisme scientifique”, en l’absence de réaction des professeurs Raoult et Perronne, tu es le seul à avoir exprimé des regrets et ça, ça m’a fait chaud partout. 

Si une chose à me reprocher c’est la pétition aux français. D’avoir été maladroit de dire aux français comme ça, parce qu’eux on peut très bien dire ils n’ont pas la clé pour dire oui ou non l’hydroxychloroquine.   
 

Merci de le dire oui, on n’organise pas un referendum sur le bien-fondé d’un protocole médicale… 

En revanche je trouve que le terme "maladroit" est un tout petit peu timide pour décrire l’ampleur de ton inconséquence. 

Parce que pardon, mais il y plein de façons d'être maladroit pour un médecin :
 

·       Oublier de réchauffer son stéthoscope avant l'auscultation 

·       Ouvrir la porte d'une chambre sans frapper… 

·       Ou encore, dire à un patient qu'il faut se remettre aux légumes avant de ressembler à une vache, 

Mais, lancer une pétition sur l'intérêt d'un protocole médical en pleine pandémie quand on est médecin c’est tout sauf ”maladroit”.  Ça équivaut à lancer une pétition sur l'opportunité d'atterrir sur le dos à ses passagers quand on est commandant de bord, pile avant un atterrissage difficile. C’est à la fois très con et très dangereux.
 

Quant au fait de mentir à des patients sur l'efficacité d'un traitement, ce n'est jamais maladroit, c'est une fraude, un abus de pouvoir, une escroquerie. Et une escroquerie, même en blouse blanche, ça reste une escroquerie. Parce que faire espérer à des patients que l’hydroxychloroquine leur sera d’une quelconque utilité c'est aussi grave que de leur conseiller de se tremper le derrière dans une bassine d’oignons, qu’on s’appelle Douste-Blazy ou Rika Zaraï, ce n'est pas de la maladresse, c’est une escroquerie.
 

C’est curieux parce que l’inconséquence de tes excuses me rappelle quand, après t'être vu dans le film Holdup tu t'étais déclaré "scandalisé" d'avoir participé à ce film, qui est rappelons-le une belle bouse du complotisme en cave !!!! T'es mignon, t'es sympa et tu m'as l'air sincère mais tu peux pas toujours tirer sur la ficelle de l'acteur porno scandalisé d'avoir vu ses propres roubignolles à l'écran.  À un moment, faudrait voir à assumer.
 

Surtout que le problème avec toi, mon Doudouste, c'est qu’à chaque fois que tu ouvres la bouche tu réussis à décrédibiliser la politique ET la médecine. C’est du deux en un. Avec une seule balle tu réussis toujours à te tirer dans les deux pieds. 

Sans même te rendre compte que décrédibiliser la politique et la médecine en pleine crise sanitaire, on n’en avait pas vraiment besoin, mais visiblement ça n’a pas l’air de t’effleurer, un peu comme si tu étais uniquement préoccupé par l’idée de repérer ta prochaine connerie. 

Alors voilà, je ne suis pas dans ta tête mon Dousty chéri, mais après avoir confondu maladresse et indigence, protocole de soin et pétition, complotisme et réalité, regrets et fausses excuses ; il serait peut-être temps de faire la distinction entre un vrai scientifique et un charlatan aux cheveux gras pratiquant des expérimentations sauvages ayant entrainé des complications sur des cobayes humains tout en se faisant passer pour un grand infectiologue. 

Bisous mon Tout Douste 

Sophia

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le billet de Sophia Aram