Hier, j'ai eu un choc en découvrant qu'on parlait de moi dans le journal. Et attention, pas n'importe quel journal ! On parlait de moi dans Le Monde .

Alors je vous vois tous verdir de jalousie dans ce studio : « Quoi, un papier sur ce tocard de Blako dans Le Monde ? Ben après ça, faut pas se plaindre si la presse écrite se vend mal ».

Je vous rassure tout de suite. Y'a vraiment pas quoi être jaloux ! Ce qu'on dit de moi dans Le Monde n'est pas très flatteur. Pour résumer, on me décrit comme un supporter du PSG gras du bide et plus tout jeune qui ferait mieux d'arrêter de picoler. Alors pour ceux qui me connaissent, c'est pas vraiment un scoop. N'empêche, ça fait un choc quand c'est écrit noir sur blanc dans un journal sérieux.

Le pire dans cette histoire, c'est que je ne peux même pas attaquer en diffamation. Parce que dans Le Monde d'hier, mon nom n'est jamais cité. Ça paraît bizarre, alors faut que je vous explique.

En fait, quand on lit Le Monde en version électronique, au bas de certaines pages, le journal propose de vous réorienter vers d'autres articles qui vous ressemblent.

D'un côté, il y a la liste d'articles du Monde qui pourraient vous intéresser. De l'autre, la liste des sites extérieurs qui pourraient aussi vous intéresser. En lisant Le Monde électronique, chaque lecteur découvre donc deux portraits de lui-même.

D'un autre côté, son portrait officiel de lecteur. Dans mon cas, on me proposait un article sur Areva, parce que j'ai la fibre sociale. Un article sur l'Ukraine, parce que je suis citoyen du monde. Un article sur la tombe celte de Lavau, parce que j'adore tout ce qui est culturel. Et même un article sur le film Timbuktu, parce que je suis Charlie... C'est tout moi ce portrait : généreux, courageux, érudit, engagé.

Le problème, c'est l'autre portrait. Celui que le journal fait de vous, en vous proposant de visiter des sites commerciaux qui correspondent à votre profil. Dans mon cas, on me proposait dossier minceur consacré aux bourrelets, alors là, on se demande bien pourquoi. Une enquête sur les nouvelles solutions contre la chute des cheveux, comme si ça me concernait. Et pour compléter le portrait, un quizz sur le PSG pour stimuler mes neurones et des conseils pour me détoxiner le foie, comme si je picolais toute la journée.

Bien sûr, payer 2,20 € pour se faire traiter de gros beauf aviné est un plaisir un peu malsain, mais c'est le rôle de la presse de porter la plume dans la plaie.

Maintenant en lisant Le Monde , je sais que la vraie bonne nouvelle, ce serait que le journal me réoriente vers des sites de séjours aux Maldives, de voitures décapotables, de restaurants trois étoiles. Malheureusement, c'est pas d'actualité.

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Le billet de Stéphane Blakowski Voir plus


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.