Les négociations avec la Grèce, ça me fait penser à la Fureur de Vivre.

Vous savez, la scène où les deux voitures foncent à toute vitesse vers le précipice, sachant que le premier qui freine passera pour une poule mouillée. ans le film, ce jeu dangereux s'appelle le « chicken run ». Les règles sont simples.

 grèce drapeau de vacances voyage
grèce drapeau de vacances voyage © Pixabay

Soit l'un des conducteurs se dégonfle et freine, alors il a perdu. Soit aucun ne cède, alors les voitures finissent au fond du précipice et les deux morts sont déclarés vainqueurs ex-æquo. Normal, on ne pourra pas organiser une nouvelle course pour les départager.

Ben entre la Grèce et l'Europe, y'a comme un « chicken run ». Aucun compromis en vue, chacun est convaincu que l'autre va finir par se dégonfler, et on fonce vers la faillite. De la Grèce d'abord, puis ensuite, par carambolage de tous ceux qui seront pris dans le carambolage.

Là où ça devient flippant, c'est quand on se renseigne sur le tempérament des Grecs au volant. Cette semaine, les autoroutes Vinci ont publié une étude sur le comportement routier des Européens où les Grecs cumulent les premières places.

Ce sont eux qui téléphonent le plus en conduisant, eux qui insultent le plus les autres conducteurs, eux qui mettent le moins leur ceinture de sécurité et eux encore qui hésitent le moins à conduire bourrés.

Le pire, c'est que tout en conduisant comme des chauffards irresponsables, les Grecs sont persuadés d'être des as du volant. Quand on leur demande d'évaluer leur manière de conduire, ils se mettent 8 sur 10. Ça veut dire qu'ils se considèrent comme les meilleurs conducteurs de l'Union européenne.

D'où la question : est-ce que c'est vraiment une bonne idée de jouer l'avenir de l'Europe à « chicken run » avec la Grèce?

Apparemment, quand les Grecs roulent bourrés en pianotant sur leur smartphone, ils n'ont pas du tout l'impression de prendre des risques. La preuve, ils n'attachent même pas leur ceinture de sécurité. En même temps, à quoi ça sert quand on conduit mieux que tout le monde ?

Si les Grecs ont élu Tsipras pour qu'il conduise les négociations avec Bruxelles de la même manière que les Grecs conduisent leur voiture, il va falloir serrer les fesses.

La Grèce a beau emprunter l'autoroute européenne à contresens, pas sûr que ça soit dans le tempérament national de freiner pour éviter l'accident.

L'équipe
(ré)écouter Le billet de Stéphane Blakowski Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.