J'appartiens à une minorité. Je fais partie des 2% de Français à qui les hommes politiques inspirent encore du respect. J'ai lu ce chiffre dans une étude du Cevipof, le centre d'étude de la vie politique française.

C'est pas énorme, 2%. Pour comparer, c'est comme si j'étais roux. Je me suis renseigné : les roux représentent 2 % de la population mondiale.

Alors évidemment, quand on est roux, la question du coming-out ne se pose pas vraiment. C'est pas à 18 ans que t'annonces à tes parents : « Papa, Maman, je suis roux ». Avec la mère qui fond en larmes, parce qu'elle avait jamais rien remarqué.

Quand on a du respect pour les hommes politiques, c'est différent. Il suffit de se taire pour éviter les ennuis. Quand on traite Sarkozy d'escroc, vous souriez lâchement. Et quand on traite Hollande de molasse, bin... vous continuez de sourire.

Faut dire que selon le sondage, une majorité de Français ressent avant tout de la méfiance et du dégoût pour la politique. La politique, c'est comme un restaurant où ce qu'il y a dans l'assiette vous donne envie de vomir. Mais où en plus, on soupçonne le patron de vous arnaquer sur l'addition.

Alors Attention ! Je ne suis pas un détraqué fasciné par les trucs pervers. Si je conserve du respect pour les politiques, c'est parce que c'est jamais facile d'exercer l'autorité. Il suffit d'avoir des enfants pour s'en rendre compte.

Avec mes enfants, je me comporte exactement comme un homme politique. D'abord, je fais des promesses que je ne tiens pas. Genre, le mois dernier, j'ai encore promis qu'on irait à Eurodisney. Alors qu'en fait... on n’ira jamais.

Je fais le contraire de ce que je dis. Exemple, je fume un paquet par jour, tout en prenant la tête de mes gamins sur les dangers de la cigarette.

Je suis loin de leurs préoccupations quotidiennes. La preuve, à part Pikachu, j'ai jamais réussi à retenir le nom d'un Pokémon.

Je verse des pots de vin. Cette semaine c'était à mon tour de promener le chien. Mais en filant cinq euros à mon fils, c'est lui qui va se ramasser les crottes toutes chaudes dans les sachets en plastique tout fins.

Sinon, je prône l'austérité sur l'argent de poche, je n'ai aucun sens du dialogue sur l'heure de retour de soirée et j'utilise volontiers le 49.3 pour dégager tout le monde du canapé quand je veux regarder un truc peinard à la télé.

Bref, je suis exactement comme les hommes politiques, sauf qu'il me manque l'ambition, le talent et la ténacité. À mon avis, je ne suis pas le seul. A bon entendeur, salut ...

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter Le billet de Stéphane Blakowski Voir plus


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.