J'ai un problème parce qu'on est dans la case humour, alors que ce matin, faut absolument que je vous parle d'un truc très sérieux.

L'autre jour, j'étais chez le vétérinaire pour faire détartrer les dents de mon Yorkshire. Et en feuilletant un vieux "Femme Actuelle" qui trainait là, je suis tombé sur article hyper intéressant.

Ah oui, je n'aurais pas dû préciser la race de mon chien! Si ça se trouve, y'a des auditeurs qu'ont des préjugés contre les hommes de 47 ans qui lisent "Femme Actuelle" avec un Yorkshire sur les genoux.

Je les comprends. Mais là, je vous assure qu'on parle d'un truc sérieux. C'est une étude menée par l'Université/Washington, à Saint-Louis-Missouri, 32 ème au Shangaï ranking . Pour les rares auditeurs de France Inter qui ne seraient pas enseignants, rappelons qu'au classement de Shanghai, la meilleure université française n'est que 36 ème.

Elève devant un problème mathématique
Elève devant un problème mathématique © Amanda Koster/Corbis

Et bien les spécialistes en sciences cognitives du Missouri ont mis au point une nouvelle méthode, qui permet aux élèves d'apprendre leurs leçons, 2 à 3 fois plus efficacement. Si Manuel Valls nous écoute, il doit être dégoûté de ne pas avoir lu "Femme Actuelle" avant de publier son décret sur la réforme des collèges.

Si on avait adopté cette méthode révolutionnaire, je vous dis pas la progression fulgurante de la France au classement PISA. À coup sûr, on niquerait les Finlandais, on exploserait les Sud-Coréens, la culture française rayonnerait de nouveau sur le monde.

Surtout que la méthode n'est pas très compliquée à mettre en oeuvre. En fait, les chercheurs américains ont comparé deux méthodes d'apprentissage. Premièrement, la carotte. Deuxièmement, le bâton. Quelle est la méthode la plus efficace pour retenir une leçon? La récompense ou la punition?

Je vous épargne le protocole de l'expérience qui est un peu chiant à raconter. Ce qui compte, c'est le résultat. Les étudiants qui ont appris leur leçon à coup de bâton, obtiennent des résultats deux à trois fois meilleurs que ceux à qui on a promis une carotte.

Alors puisqu'il est prouvé scientifiquement que les étudiants apprennent mieux leur leçon sous la menace d'un bâton, pourquoi ne pas distribuer des battes de base ball à tous les enseignants dès la rentrée prochaine?

Encore une fois, c'est très sérieux. Quand tu défonces la gueule du premier gamin qui t'emmerde à grands coups de batte de base ball, il est prouvé scien-ti-fi-quement que le reste de la classe se tiendra à carreau le reste de l'année. Ça n'a l'air de rien, mais c'est très appréciable pour faire cours dans de bonnes conditions...

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Le billet de Stéphane Blakowski Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.