Jouets
Jouets © CC brunobord

Je me suis rendu compte que j'avais complètement merdé dans l'éducation de mes enfants. Jusqu'à présent, pour les cadeaux de Noël, avec ma femme, on cédait à la facilité en offrant à nos enfants les jouets qu'ils réclamaient. Autant dire qu'on était des parents démissionnaires. Au lieu d'avoir le courage d'affronter nos enfants pour leur montrer le droit chemin, on cédait à tous leurs caprices.

Le problème, c'est que nos enfants sont de gros réacs. Mon garçon rêve d'être un super héros qui rétablit la justice dans le monde, au péril de sa vie et à grands coups de poings dans la gueule. Quant à mes filles, j'ai honte de le dire, mais elles adorent faire des câlins à leurs peluches et elles aiment changer les tenues de leurs Barbies qu'elles utilisent pour inventer des histoires d'amours. Mes gosses sont tellement réac’ dans leur choix de cadeaux qu'on a eu peur que cette année, ils commandent le bouquin de Zemmour au Père Noël.

Je comprends pas, parce qu'à la maison, on écoute que France Inter. Alors à force d'entendre la bonne parole, nos enfants devraient se libérer des préjugés sexistes. Au lieu de ça, ils persistent à s'enfermer dans les stéréotypes.

À force, avec ma femme, on a fini par culpabiliser à mort. En achetant des poupées aux filles et des figurines de super héros au garçon, on a pris conscience qu'on se comportait en mauvais citoyens. Sous prétexte de faire plaisir aux gosses, on faisait rien qu'à entretenir les stéréotypes réactionnaires qui assignent à chaque sexe un rôle déterminé. Comme si les filles étaient des filles et les garçons des garçons, n'importe quoi !

Tout ça, c'est de notre faute. Si seulement on leur avait offert d'autres cadeaux de Noël, on n’en serait pas là. Alors comme il est jamais trop tard pour bien faire, ce Noël-ci, on a décidé de reprendre les choses en main.

A ma fille cadette qui réclamait un déguisement de fée, on lui a offert un fusil mitrailleur AK 47 à billes. Sur le coup, elle avait l'air un peu déçue.

Mais on lui a expliqué que si elle rêvait d'une baguette magique pour changer le monde, un fusil mitrailleur, c'est bien plus efficace pour plier le monde à ses désirs qu'une baguette magique.

Mon autre fille est encore plus réac que la première. Elle adore s'habiller en rose et elle rêve de vivre dans un monde où il n'y aurait que des poneys qui mangent des arcs-en-ciel et qui font des cacas papillons. Du coup, cette année, on lui a offert le jeu vidéo Call of Duty. Le principe du jeu, c'est de tuer tout le monde. Alors, elle a peu chouiné en disant que c'était nul de tuer les gens. Mais bon, avec ma femme, on est restés fermes en lui expliquant qu'elle ne devait pas céder aux préjugés. Avant de dire qu'elle n'aime pas tuer les gens, il faut d'abord qu'elle essaye.

Quant à mon garçon, il a carrément fait la gueule quand il a découvert que cette année, on lui offrait une maxi dînette de luxe 64 pièces. On a eu beau lui expliquer qu'il pourrait installer ses figurines de super héros pour papoter autour d'une table, il continuait de bouder.

Alors bien sûr, je vous cache pas qu'on a une certaine nostalgie des Noëls d'antan. Quand on cédait à la facilité en leur offrant ce qu'ils réclamaient, nos enfants nous remerciaient en nous sautant au cou et en nous couvrant de baisers.

Mais que voulez-vous, si demain on veut vivre dans un monde meilleur, c'est à nous les parents de montrer la voie.

L'équipe
(ré)écouter Le billet de Stéphane Blakowski Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.