Soyons honnêtes avec nos auditeurs ! Dans quelques minutes, il sera sept heures et on va entendre les quatre bips de France Inter, mais attention ! Le quatrième bip ne sera pas un bip comme les autres.

Ce sera un petit bip pour l'auditeur, mais un bip de géant pour l'équipe du 5/7. Parce que pour nous, le quatrième bip, ce sera le top départ pour 7 semaines de vacances bien méritées.

Faut dire qu'on est claqués ! Je cherche pas à tirer des larmes aux auditeurs, mais perso, ça fait 9 mois que j'ai pas fait la grasse matinée le vendredi ! Heureusement qu'il y a eu ce petit mois de grève pour nous permettre de souffler un peu... Sans ça, je crois bien que je me serais fait un burn out.

Mais attention ! Sur le service public, on a le devoir de rester professionnel jusqu'à la dernière minute. Alors c'est vrai, Yves Decaens est en short et en tongs, Catherine Boullay est en maillot de bain sous son jean, Pommier porte un masque, un tuba et des palmes, mais au moment où je vous parle, tous ont l'œil rivé sur l'écran où défilent les dépêches. Si la Grèce sort de l'Euro à 6 heures 57, vous serez informés. Si les taxis balancent des cocktails Molotov sur l'Élysée à 6 heures 58, on vous le dira. Et même si à 6h59, DSK annonce son mariage avec Valérie Trierweiler et sa candidature pour 2017, vous le saurez. Mais au quatrième bip, hasta la vista, c'est les vacances !

Quand Patrick Cohen vous dira « Bonjour ! », nous, dans le studio d'à côté, on sortira le rosé de la glacière, on ouvrira les bières et on fera péter les chips et les cahouètes. Rien de tel qu'un pastis bien tassé à 7 heures du matin pour donner un parfum de vacances à votre petit-déjeuner.

Illustration départ en vacances
Illustration départ en vacances © corbis

Cela dit, moi, faut que je fasse gaffe, parce que ce matin, je suis venu en voiture. Je me suis garé un peu en traviole au bas de la maison de la radio avec les warning allumés. La galerie est sur le toit, mes enfants sont sur la banquette arrière et ma femme est à la place du mort. Bref, tout est paré pour les vacances.

Alors si en ce moment vous roulez sur l'A10 en direction de Paris, jetez un œil sur les voies opposées. D'ici 3/4 d'heure, vous devriez voir débouler une Scénic gris métallisé qui zigue-zague un petit peu. S'il y a deux VTT sur la galerie et trois enfants qui se disputent à l'arrière, c'est sans doute moi qui roule en famille vers la mer, en sortant de l'apéro du 5/7. N'hésitez pas à me faire des appels de phares, je vous répondrai !

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Le billet de Stéphane Blakowski Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.