Ce matin, Tanguy remplace Charline dans la matinale...

Oui, je remplace Charline Vanhoenacker en ce lundi de Pentecôte, j’étais déjà là le jeudi de l’Ascension, donc deux possibilités : soit Charline est une catholique tendance dure, vous allez chez elle, il y a un dressing avec 130 serre-têtes et si elle croise Cédric Villani, elle brandit un crucifix en hurlant « meurs, Nosferatu ». Soit c’est moi qu’on prend pour un hérétique, au Moyen-âge on m’aurait collé sur un bûcher et aujourd’hui il y aurait 3 générations de Le Pen sous ma statue en train de crier « Tanguy au secours ». Et c’est vrai que je ne crois pas en Dieu, parce qu’une entité qui veille sur nous n’aurait permis ni les guerres ni l’existence des Kardashian. Je ne crois pas non plus au Diable, par contre je crois à l’enfer, et l’enfer c’est nous.

Oui, nous, humains, sommes des pourris, des ratés, même pas foutus de réussir notre monde d’après le Covid, on devait communier avec la nature, moi qui n’ai pas de jardin, j’ai acheté du persil et je me roule nu dedans, à la fin je ressemble à un porc dans un méchoui. Et bien je suis seul, vous avez vu l’esplanade des Invalides le matin, après les pique-niques, c’est plein d’ordures, cannettes, paquets de chips, bientôt à 20h ce sont les agents d’entretien qu’il faudra applaudir. Le monde d’après, ça devait être l’attention portée aux autres, résultat sur la route, c’est chacun pour soi, hausse des accidents, 15% de grands excès de vitesse, même Jean-Jacques Bourdin, ce petit père tranquille, sorte de bonze thaï avec la coupe de Magnum, ses colères font moins peur qu’une moue de Nathalie St-Cricq, a fait du 180 km/h sur autoroute.

Les types du monde d’après, ce sont ceux du monde d’avant, Manuel Valls qui essaie de revenir, il a plus léché de pompes qu’un fétichiste lâché chez Eram. Moscovici, qui a eu tous les postes qu’il est possible d’avoir à part majorette et maître sushi, son CV fait le même nombre de pages que le dernier Guillaume Musso. Hollande, qui est passé à côté de son quinquennat et commente celui des autres, c’est comme si c’est Ingrid Chauvin qui avait fait l’éloge funèbre de Michel Piccoli. Et Gérard Collomb, qui s’associe au 1er qui lui permet de garder sa place, de la politique sans fond, sans âme, sans rien, ce monsieur est tellement vide qu’on peut ranger ses clés dedans. 

Le monde d’après, ça sera en 2022, débat du 2nd tour Bigard-Hanouna, Mathieu Delormeau annoncera à 20h le nom du président. Hier, Afida Turner a lancé sa candidature, si vous ne savez pas qui est Afida Turner, ne changez rien, vous êtes une belle personne. Le monde d’après, c’est la mort de George Floyd, le racisme, les émeutes aux États-Unis, il y a quand même deux mecs qui pour fuir tout ça se sont barrés en fusée. C’est eux les plus heureux, perchés, comme Ségolène Royal, à admirer la terre au loin, si belle vue d’en haut, la terre, faut juste pas être dessus, en fait.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.