En deux ans d’exercice du pouvoir, Tanguy Pastureau trouve le président Macron changé…

Oui, il y a deux ans, il était frais, sexy, c’est le seul président de l’histoire dont on a pu dire un jour « mon dieu, ce petit cul », René Coty ça faisait pas ça. Il frétillait, Macron, on avait l’impression que c’était une anguille, à Thalassa ils avaient prévu un bac pour lui avec deux daurades. Il triomphait au Louvre, devant la Pyramide, telle Pépita il y a 20 ans mais sans le robot ménager en cadeau. Et là, deux ans plus tard, il est usé, vous l’emmenez chez Cash Converter avec un vieux pouf, ils vous prennent le pouf mais vous laissent Macron. Physiquement, il a pris cher, en 2017, il avait une peau douce comme les fesses d’un bébé, à tel point que sa maquilleuse lui jetait du talc, mais les soucis lui ont creusé des ridules, à la fin du mandat, il sera plus buriné que Jean Lassalle, le berger défoncé, s’il s’approche du troupeau de chèvres de l’autre, les bêtes n’y verront que du feu. C’est normal qu’il soit claqué, ça fait 6 mois que des types en jaune veulent se le farcir, il a la vie d’un fantôme dans Pacman.

Il n’y a qu’une chose qui n’a pas changé, son empressement. En une minute, il dégage plus d’énergie qu’Alain Souchon depuis 78, pour rien souvent, c’est du vent, c’est le seul président agréé par ERDF. Mais parfois ça marche, regardez l’Arc de Triomphe, en décembre il avait été dégradé, une statue avait eu un gros trou dans la tête, l’œuvre ressemblait à un candidat de télé-réalité. Et là hier, cérémonie du 8 mai, tout nickel, le monument encore plus beau qu’avant, ils ont fait là-dessus ce que le Dr. Stevens à Beverly Hills a fait sur Meg Ryan, mais avec de la réussite. Moment très digne, Macron a serré la main de François Hollande, qui l’attaque depuis un an pour la promo de son livre, et là, Hollande était tout sourire, lui c’est l’inverse d’un missile, plus il s’approche de sa cible, moins il est dangereux. Si Hollande avait été Brutus en 44 avant Jésus-Christ, César il l’avait, sa carte Senior +.

Avec Macron, tout doit se faire vite, Notre Dame brûle, il dit « dans 5 ans, elle est comme neuve » ; Damidot il lui fallait une semaine entière pour refaire la tapisserie de la chambre d’un gosse, pas grave, Macron, c’est Batman, un futal de cuir, une cape, il vole au-dessus de Notre Dame avec des poutres. Et cette semaine, il a voulu prouver qu’en matière d’écologie ça avançait, parce que jusqu’à présent François de Rugy, comme geste pour la planète, avait juste arrosé une fois son ficus en pot, il a promis le recyclage de tous les plastiques pour dans 6 ans, là il se passe rien, mais dans 5 et 6 ans, ça va être énorme. Macron, c’est un diesel, là c’est la vieille BX de ton oncle, mais une fois enclenché la 2nde, on va avoir une Ferrari. Avec lui, tous les temps sont compressés : la cuisson des œufs à la coque, 17 secondes, arriver à avoir un mec de la hotline de chez Free au téléphone, 24 minutes, normalement il faut 14h20. Là on est jeudi, il est déjà en train de lire Le Parisien week-end.

Alors bien sûr, rien de tout ça ne se fera, dans mon immeuble la moitié des gens n’ont toujours pas compris dans quelle poubelle fallait mettre le Télé Z, donc les plastiques recyclés, en 2050 ce sera toujours de la science-fiction. Allez, je vous laisse, d’après Macron, seul homme qui vit en année-chien, une année pour lui compte 7 pour nous, cette chronique a duré 9 secondes, mais en fait, ça fait déjà 3 minutes que je suis là.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.