Le problème, en France, c’est qu’on est des rapiats.

 Prenez les vaccins, tous, ceux avec thrombose et ceux sans thrombose, on prend ½ h de notre temps, qui est précieux, on a des plannings chargés, tout le monde n’est pas François Bayrou, on bosse. Et qu’est-ce qu’on a en échange ? L’immunité collective, tu parles, tout ce qui est collectif, ça a échoué : le communisme, échec, le chef du PC en France, personne ne sait plus qui c’est, même sa femme quand il rentre se met à hurler « mais qui êtes-vous, sortez de chez moi sinon je lâche le chien, attaque, Lénine ! ». J’ai cherché, il s’agit de Fabien Roussel, son parti est dernier dans les intentions de vote, donc c’est cadet Roussel, voilà, une blague pour le podcast Une histoire et Oli. Les ZAD, échec, 3 jours à patauger dans les marais à échanger ses poux contre des navets, tu regagnes la ville pieds nus, comme Mogwli. Le collectif, c’est has-been, on s’est pas tapé 60 années de consumérisme pour repartir vivre à poil dans le sud-Lozère avec des fans de Zaz en fûte de lin. Si on fait ça, la vie de Jacques Séguéla n’aura servi à rien.

Donc soyons pragmatique, il faut offrir à chaque vacciné un cadeau, comme une rencontre avec Jean Castex dans le centre de vaccination, ou alors un cadeau. Et je suis tombé sur un article du site de CNews, j’y étais pour voir la vidéo d’Alain Finkielkraut hier qui ne savait plus où il était, si vous mangez un cake au LSD en entier, vous êtes plus au taquet. Et l’article fait le tour du monde des incitations à la vaccination. Exemple, sachez qu’aux États-Unis, le pays dans lequel Joe Biden tombe, certains états offrent une bière contre une preuve de vaccination. Mieux, dans le Michigan, où le cannabis récréatif est légal, un dispensaire offre à tout vacciné un joint pré-roulé, c’est-à-dire qu’il y a un employé, toute la journée, qui lèche des feuilles, il a la vie d’une girafe sans dents. Ce qui est pratique, c’est qu’une fois que les gens sont totalement stone, on peut en plus du vaccin leur prélever un rein, ou les yeux, ensuite on leur dit « ça va, tu t’en servais pas, tu regardais que les Kardashian » et c’est plié.  Sinon, en Chine, contre un vaccin, on a soit des œufs, soit du poulet ou de la farine, c’est-à-dire que l’équivalent pour eux du Carrefour Market, c’est le vaccin. On dit à son conjoint « je vais me faire vacciner », il répond « n’oublie pas le papier toilette, prends des chips ». En Inde, dans l’état du Gujarat, je ne vous fais pas l’affront de vous rappeler où se situe précisément le Gujarat, l’état offre aux femmes qui font le vaccin un piercing nasal, plus un 2ème pour la 2nde dose, il faut avoir un grand nez. Pour les piercings aux tétons, il faudra attendre les prochaines épidémies. Et là-bas, chaque homme reçoit un mixer, pourquoi un mixer, je ne sais pas, ça doit être un truc de mec en Inde, nous c’est le gros SUV de kéké, là-bas quand un homme se promène avec un mixer, toutes les dames font « ouah ». « Il a l’air puissant, avec ça il doit faire de sacrés veloutés de carottes ». Enfin à Tel-Aviv, en Israël, c’est la totale, après le vaccin, vous avez des pizzas offertes, des bières, et il y a même des DJ qui mixent, ça finit en soirée mousse, les types piquent au hasard, dans la mousse, il y a des gens qui ont reçu 20 doses de Pfizer, ils sont accrochés au plafond avec les yeux rouges et ils crient.

Et nous en France, rien, on ne peut même pas garder la seringue en souvenir. On repart juste avec un petit bout de coton scotché sur le bras, on peut le garder, le foutre sur la tête d’un Playmobil, et dire à son gosse « regarde, je t’ai fait Lionel Jospin ». Le petit répondra « mais c’est quoi ce pays, papa, même chez McDo pour qu’on accepte de manger leurs frites, ils refilent des cadeaux ». Et on lui dira « je sais, mais nous, on n'a tellement pas de doses que le vaccin en tant que tel est un cadeau ». 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.