Ce matin, Tanguy remplace Nicole Ferroni. Et il magine le désarroi de l’auditeur d’Inter qui attend ce jour avec impatience, car mercredi c’est Ferroni, et qui, triomphe du patriarcat, réalise qu’elle est remplacée par un homme blanc de 45 ans qui n’a pas le quart de sa conscience sociale.

"J'ai réécouté les chroniques de Nicole, c’est formidable, il y a de l’humour, de l’info, elle est révoltée, et on sent qu’elle aime les gens, moi je n’aime pas les gens, j’en fréquente le moins possible, ce qui fait que je n’ai pas attrapé la gastro depuis l’automne 82. Et j’ai été révolté, mais ça m’a passé, quand j’étais jeune, à un concert de Jean-Jacques Goldman, à la fin de la chanson Comme toi, j’ai crié « non au nazisme », je me souviens, à ce concert, il y avait Ludivine de la Rochère de la Manif pour Tous, pendant « Elle a fait un bébé toute seule », elle s’est mise à convulser, on l’a ranimée en lui faisant renifler un papa + une maman. Il était 22h30, la petite famille s’était douchée à 7h du matin, donc elle s’est réveillée vite.

Nicole, elle est sincèrement émue quand elle parle de la disparition des insectes, moi je ne peux m’empêcher de penser que la mort des guêpes, c’est l’assurance d’un pique-nique réussi.

Bref, j’ai cherché un sujet de chronique concernant pour ce matin, parce que je sais que vous vous dites « Pastureau il est sympa mais un peu con ». Les migrants, impossible, tout le monde parle en bien des migrants, sauf sur C-News où parfois apparaît le bandeau « et si on les envoyait se faire foutre ? ». L’environnement, on n’en peut plus, on a compris que c’était la fin du monde, moi ça me déprime tellement que si je croise Greta Thunberg, je lui dirais « bébé, étrangle-moi avec tes nattes, je ne veux pas vivre dans un monde où le dernier panda en vie est le filleul de Brigitte Macron ». 

Et là, en cherchant, j’ai trouvé un truc qui me révolte : le sort des veaux dans certains élevages.

J’adore les veaux, et au-delà des veaux, tous les petits d’animaux parce que c’est mignon, même les bébés humains, quand on les voit, on ne réalise pas que 15 ans plus tard ils seront couverts de sébum et écouteront Black M.

Et là, atroce, L214, l’association qui ne publie que des vidéos d’animaux en train de morfler, l’équivalent humain ce serait une vidéo de Macron apprenant le rejet de la candidature de Sylvie Goulard à la commission européenne, nous montrait hier le calvaire des veaux laitiers, parce que pour produire le lait qu’on fout dans les Kinder Pingui, il faut faire naître des veaux, qui ensuite partent à l’engraissage, comme chez nous les sénateurs.

Un million de veaux sont séparés de leur mère à la naissance, et vous savez quoi, une vache quand on lui prend son veau, elle pleure, comme Christine Lagarde quand on lui donne les prévisions de la croissance mondiale. 

Et là, dans le Finistère, à Carhaix notamment, ville martyre puisqu’elle accueillera aussi en juillet le concert de Celine Dion, on voit des types frapper les petits veaux à coup de pieds et de poings, les plus fragiles sont piqués, mal, ils mettent des heures à mourir, l’horreur au sein même de ce qui fut le plus beau département de France, notamment en 94 lorsque je m’y baignais, vêtu d’un slip de bain Athena volontairement choisi trop petit.

Voyez, ça, ça me révolte, parce que les veaux ne nous font rien, jamais un veau ne va voler mon scooter, certes, c’est peut-être parce qu’avec ses sabots il n’arriverait pas à le faire démarrer. Oui, ça me révolte, je me sens vivant, je me sens Nicole Ferroni.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.