Tanguy est de retour en studio

Oui, désolé, je ne sais plus trop comment on fait parce que ça fait 3 mois que je n’ai plus de vie sociale, je suis coupé du monde, comme Nicolas Dupont-Aignan l’est du plébiscite populaire. Vous êtes les premiers êtres humains que je vois depuis mars, j’ai l’impression d’être Mogwli si en sortant de la jungle il tombait sur un enterrement de vie de jeune fille et que les filles, persuadées que c’est lui le stripteaseur, se mettaient à hurler « vas-y bébé, fais-le voler ton étui pénien », là il y a trop d’infos pour moi. Trop de gens. 3 mois que j’avais pas mis de chaussures, d’ailleurs, je vais les enlever, je supporte plus (…). Voilà, vous, vous vous en fichez, mais nos auditeurs fétichistes, ces gens qui arrivent à démarrer le podcast de Trapenard avec le gros orteil, considéreront cette journée plus tard comme très importante. L’acte fondateur du nouveau monde. La libération de la voûte plantaire. Jusqu’à présent, pour être juste eux-mêmes, des amateurs de pieds, ils devaient assister à des concerts de Yannick Noah, ensuite ils courraient chez Eram en hurlant « je suis guéri », et « fourrez-moi aussi une paire de bottines en 42 dans les oreilles ».

Oui, c’est ce matin que je déconfine, mais je ne suis pas le seul homme de gauche à le faire en ce moment, non, hier, Manuel Valls a fait son retour. Il a donné une interview à Valeurs Actuelles, le journal des gens pour qui Bruno Retailleau c’est Arlette Laguiller, interview qui a buzzé, selon ce mot utilisé en général pour désigner des vidéos virales de chats dont on découvre qu’ils ont 16 fois le QI de Donald Trump. Valls a déclaré « la lutte des classes disparaît au profit de la guerre des races », alors, si c’était juste pour la rime, il y avait aussi ananas, monospace et Christine Haas. Mais si c’est vrai ce qu’il dit, méfiance, parce que nous, les blancs, dans notre équipe, on a Elie Semoun, Lorant Deutsch, Pierre Niney, avec ça on fait déjà pas une équipe crédible à Koh Lanta, si on doit se battre contre les autres, on est cuit. Les noirs ont Teddy Riner. Remarquez, on a les tchétchènes. Guerre des races, depuis toujours j’entends qu’il n’y a pas de races humaines, donc on peut classer Valls dans les auteurs de science-fiction, comme ça il pourra aussi écrire un truc sur son retour en politique.

Donc je reviens, Valls revient, mais il y en a un qui est toujours confiné. Francky. Pas Vincent, l’autre, celui qui est tout froid, Franck Riester. On le voit plus, et même quand il est là, personne ne le remarque, à chaque fois que vous l’interviewez, Léa, je me dis « mais pourquoi parle-t-elle toute seule ? Elle est devenue folle, il va falloir la remplacer par Arlette Chabot, tant pis pour l’ambiance en studio ». Riester, ministre de la culture anonyme, tellement transparent que quand il a visité le château de Versailles un guide a essayé de le coller au mur de la galerie des Glaces. Benjamin Biolay, seul chanteur de gauche à se produire avec des chaussures, a même réclamé un autre ministre de la culture qui soit un poids lourd politique, il a raison, dans le métro, tout le monde se colle, ça fait des lasagnes humaines, dans les restos, la distance d’un mètre entre les tables, ça a tenu 12 secondes, mais, au risque de faire mourir un secteur entier, les salles restent fermées. Des théâtres rouvrent, à moitié de jauge, avec masques, mais attendez, moi je me suis pas lancé sur scène pour me retrouver face à 40 pleu-pleus avec des masques qui leur font des becs, sinon j’aurais juste passé la Danse des Canards dans les mariages. La culture en France, pour le PIB, c’est 7 fois la valeur de l’industrie automobile, mais on doit pas avoir le même sens du lobbying. Nous on a juste Benjamin Biolay, qui sort d’ailleurs un album qui s’appelle Grand Prix. C’est le seul moyen qu’il a trouvé pour avoir une aide. Bel été à tous.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.