Ce matin, Tanguy Pastureau est dans la matinale et il a un mot pour Nicolas Demorand et Léa Salamé

Oui, et ça me fait tout bizarre de vous parler, Nicolas, Léa, mes amis de la vie d’avant, celle où je faisais de la radio en vrai, dans un studio, avec une bonnette de micro sale entouré d’intermittents, heu, sales. Depuis février on ne s’est pas vus, depuis mars je fais des chroniques avec mon 06, j’ai l’impression d’être une hôtesse de téléphone rose qui aurait réalisé que ce n’est pas avec sa voix qu’elle allait stimuler les mecs et se serait tourné vers l’humour. Si j’avais su qu’on n’allait plus se voir, j’aurais été moins pudique, je vous aurais dit que je vous aimais, on l’aurait fait, ce week-end à Center Parcs, avec Laurence Bloch, notre patronne, qui pourtant ne va jamais à la piscine parce que ses cheveux mettent 16h à sécher. 

Et puis on n’est pas près de se revoir, déjà parce que je me suis habitué au télétravail, bosser en slip, à faire ça, avant le virus, il n’y avait que les sumos, bah là on peut. Ca fait 1 mois ½ que je n’ai pas mis de chaussures, j’ai l’impression d’être Yannick Noah, si Ségolène Royal, c’est-à-dire Vishnou Jéhovah le soleil selon elle-même, remonte sur scène en fûte de lin, je suis capable de l’applaudir. Le télétravail ça marche, vous qui êtes à la radio, pardon de vous le dire, mais c’est so début 2020. Vous êtes out. Une fois que vous aussi vous serez sur Zoom, on va enfin pouvoir détruire la Maison de la Radio, ce bâtiment absurde où il n’y a pas d’angle, vous lancez un robot-aspirateur là-dedans, il tourne pendant 24 mois, et bâtir à la place un café à pangolins, on boira des ristrettos en caressant un pangolin et en lui murmurant « à titre personnel, jamais je n’aurais mangé ton cousin, mon amour ».

J’ai lu que l’université de Cambridge, au Royaume-Uni, ce pays où des gens à grandes dents font des élevages de princes qui sortent de leur mère déjà habillés en Cyrillus, ne rouvrira pas avant l’été 2021 à cause du virus. Ils vont rester en télétravail, et les rares petits groupes d’étudiants seront en distance sociale, là aussi on s’est habitué, 2 mois qu’on vit à 2 mètres les uns des autres, j’ai un couple d’amis, pour faire l’amour, qui se mettent chacun à un bout de la pièce, ensuite ils diffusent une lecture d’une chanson d’Elodie Frégé par Augustin Trapenard et ils jouissent. C’est rentré dans les mœurs, l’autre jour à la télé il y avait « Un homme et une femme » de Claude Lelouch, j’ai cru que c’était un porno. Ces gens s’embrassaient à pleine bouche, j’ai appelé la chaine, je leur ai dit « mettez uniquement des séries suédoises avec des enquêteurs névrosés qui disent juste ja et de la glace ». Heureusement, dans « Un homme et une femme », ils courent, usage dynamique de la plage, bon, ça passe.

Tout ça pour vous dire, Léa, Nicolas, qu’on ne reverra peut-être jamais mais que je vous aime.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.