Une incroyable nostalgie s’est emparée de la France, celle du Figolu, un gâteau bourré de pâte de figue. Un mouvement demandait son retour et c'est chose faite, entre autres, grâce à Fabienne Sintès. Maintenant, passons à la Riboulade !

Tanguy Pastureau : "Oui, Daniel, parce que le présent est difficile, entre Covid-19, changement climatique, concert de Patrick Bruel confiné dans sa salle d’eau, 2020 est moisie. Comme dirait Elizabeth II, c’est l’annus horibilis, ce qui ne signifie pas qu’on a une dégénérescence du trou de balle, mais qu’on vit 365 jours difficiles. 

Avant, c’était mieux, on pouvait jeter son vieux frigo dans la forêt, on clopait des gauloises sans filtres en roulant ivre, on s’en foutait de mourir, parce que les morts à l’époque avaient une vie formidable, à Paris ils étaient inscrits sur les listes électorales et au PS ils arrivaient même à bourrer les urnes. 

Donc oui, on est en pleine nostalgie, à la télé, un film sur deux c’est un Gendarme de Saint-Tropez, l’autre c’est La 7ème Compagnie, on parle de Netflix, 

mais le grand gagnant du confinement, ça aura été Jean Lefebvre ! 

Autre exemple de ce retour en arrière généralisé, figurez-vous que revient le Figolu

J’imagine, Daniel, qu’enfant, vous mangeâtes des Figolu tout en découvrant votre corps, ce qui était pénible parce qu’on se mettait des miettes partout partout. Le Figolu, ce petit biscuit, a été lancé en 1961, en même temps que la carrière d’Arlette Chabot, et à la différence d’Arlette Chabot, le Figolu est bourré de pâte de figue, Arlette Chabot parfois aussi, mais seulement quand elle vient de passer 15 jours de congés au Maroc.

En 2015, le Figolu dans sa forme courante avait disparu, comme avant lui la gauche française ou Séverine Ferrer. Alors moi qui ne suis pas Figolu, je m’en suis fichu comme du 1er pot de vin du Qatar dans le cadre de l’attribution du Mondial 2022. Mais des fans du Figolu ont lancé une pétition pour son retour, il y a eu 10 000 signataires, plus que contre la lapidation des femmes afghanes, parce qu’on a nos priorités. 

Et ici, à France Inter, Fabienne Sintes, notre collègue, s’était faite le relais des pro-Figolu, ça a sans doute pesé dans la re-commercialisation du Figolu, on est la 1ère radio de France, tout ce qu’on dit a un impact démesuré, Daniel, si vous dites « à titre personnel, j’emmerde Quicky, le lapin de Nesquick, j’exige un come-back de Groquick », d’ici 15 jours, ils ont changé tous les packaging.

Alors bien sûr, hormis la nostalgie qu’il inspire, on peut se le dire, parce que Fabienne Sintes n’est pas là, le Figolu, c’est dégueulasse, c’est le Mon Chéri du goûter. C’est un biscuit industriel, fait à partir de cultures de céréales intensives, José Bové en a mangé un une fois, il a passé 4 jours dans le coma. En plus, avant, le Figolu c’était français, ils fabriquaient ça à Nantes, ville qui nous a donné Jean-Marc Ayrault et le Petit Beurre, le Petit Beurre c’est celui qui n’était pas mou, mais désormais c’est un groupe américain qui le produit, Mondelez, 2ème acteur mondial de l’agroalimentaire.

Son président, un belge, s’appelle Dirk Van de Put, le nom le moins facile à porter avec Nathalie Hémorroïdes ou Simon Benamou si on habite Kaboul. Le groupe possède aussi Toblerone, Mikado, Oreo, Prince, bref, tout ce qu’il ne faut pas manger quand on est confiné, parce que ça reste sur les hanches, ensuite on a plus de poignées que le bagage Vuitton de Brigitte Macron.

Donc moi, le Figolu, je m’en tape, j’ai des combats plus nobles. En effet, maintenant que je sais le pouvoir qu’on a en étant sur Inter, je demande instamment à William Saurin le retour de la Riboulade. C’était du riz en conserve avec des olives, des boulettes et du chorizo, tout con mais tellement bon. Tous mes souvenirs d’enfance sont liés à la Riboulade. Je me battrai jusqu’au bout pour son retour. Je serai le Fabienne Sintes de la Riboulade. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.