Ce matin, Tanguy nous parle de la DGSI.

Oui, parce que je m’intéresse aux endroits tendance, les lieux chic et choc, un peu hipster, et clairement, la DGSI, c’est The place to be. Quand je pense aux journalistes descendus à Cannes pour voir quoi, Alain Delon en train d’annoncer sa mort, bonjour l’ambiance, dimanche soir il a plombé la fête Chanel - Veuve Clicquot - Chopard, DJ Ridou, le roi des nuits australiennes, n’avait même pas le cœur à mixer. Augustin Trapenard s’est planté, fini Cannes, c’est au siège de la DGSI qu’il faut être, à Levallois-Perret, ville où actuellement on peut faire ce qu’on veut, dormir au milieu de la route, uriner dans les géraniums, hurler « vive Benoit Hamon », phrase encore jamais prononcée à Levallois-Perret, puisque le maire est très occupé. Il répète son spectacle de stand-up avec Eric Dupont-Moretti, ils se marchent un peu dessus, c’est pas facile de créer un duo avec 2 stars égotiques du lol, mais ça avance. 

Par contre attention, ne rentre pas aux soirées DGSI qui veut, il faut être journaliste, et voilà, c’est toujours eux qui ont tout, l’abattement fiscal, le dernier album de Jenifer en avant-première, et là, il n’y a qu’eux qui sont invités. C’est-à-dire que là, dans l’équipe, si on se présente à l’entrée, tout le monde sera accepté sauf moi, j’ai la vie d’un arabe devant une boite de nuit à Paris. Alors que moi aussi je peux parler de Benalla, vous vous souvenez, Benalla, l’intermittent du spectacle ? Ses démonstrations d’art martiaux dans la rue pour avoir des sous de la part des passants, l’avantage étant qu’il pouvait les prendre directement dans la poche des gens qu’il était en train de défoncer. Ses spectacles de magie, il fait disparaitre des coffre-forts, vous le lâchez à la Banque de France, 7 minutes plus tard, il n’y a plus rien. Mais non, moi je ne suis pas convié, à ma place, ils ont invité Ariane Chemin, le 29, mercredi, c’est trop con, j’étais libre.

Bon, il faut dire qu’Ariane Chemin, journaliste au Monde, a fait fort, c’est elle qui est à l’origine de l’affaire Benalla, on n’en avait jamais entendu parler, mais tout l’été on n’a vu que lui, c’est une boosteuse de carrières, elle peut relancer Faudel et Philippe Risoli la même semaine. Ensuite, Benalla, on a réalisé qu’il avait un ami, Chokri Wakrim, impliqué dans un contrat de sécurité avec les russes, soupçon de corruption, on s’est aperçu que le nouveau monde, c’était pire que l’ancien monde, parce que Hollande, s’il a détourné 3 paquets de chipsters dans son mandat, c’est le maximum.

Mais la DGSI reçoit en ce moment, elle reçoit, ils vont finir par y tourner Top Chef, parce qu’ils n’auront jamais assez de blanquette. La semaine dernière déjà, 3 journalistes enquêtant sur l’exportation d’armes françaises utilisées au Yemen, parce que les saoudiens les ont pas achetées pour faire joli, pour la déco il y a Ikéa là-bas, ou Roche Bobois, parce qu’ils ont du fric les saoudiens, et bien ces journalistes ont également été convoqués à la DGSI. Moi, toujours rien, ni personne, d’ailleurs, de Télé Loisirs, je ne sais pas pourquoi, ils ne veulent parler que de ce qui les concerne, la politique, l’armement, ils ne sont pas dans la découverte de l’autre. Mais enfin, ils écoutent, on a trop souvent dit que le pouvoir n’écoutait pas, là il écoute. Alors après, je ne sais pas si Ariane Chemin a une invite pour le 29, mais je veux bien être son +1.  

Bref, à la DGSI, c’est la fête, et dans les locaux, on chante à tue-tête « quand un journaliste a bien bossé, la DGSI, la DGSI, quand un journaliste a bien bossé, la DGSI veut l’interroger ». Bonne journée.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.