Nous sommes le 26 décembre, et Tanguy Pastureau est là ce matin..

Oui, alors, très mauvaise idée cette chronique parce que je ne suis clairement pas apte à travailler. Déjà, depuis le 24 je suis à 3g, j’ai la tête à l’envers, je suis pas un homme, je suis un 69, un peu de caramel sur le crâne, on me retourne, on me démoule, ça donne un Flamby. Bah, les fêtes de Noël, passées 7 ans ½, il ne faut pas se leurrer, ça se résume à boire, et c’est là qu’on voit que la religion, c’est fort, parce que plus on boit, plus on croit. Moi qui suis athée, un verre il ne se passe rien, 2 verres je crois au petit Jésus, 3 verres je vois le petit Jésus, avec l’âne et le bœuf, 4 verres je vois Karine Le Marchand entre l’âne et le bœuf en train de discuter avec un éleveur assise sur une grosse souche. Et puis Noël sans alcool, ça voudrait dire supporter sa famille en étant sobre, c’est impossible, pardon, mais Xavier Dupont de Ligonès, pouvez être sûrs qu’il tournait au Yop à la banane. La sobriété est une impasse.

Bosser pendant les vacances, c’est pas motivant

Ali, quel courage vous avez, vous êtes un héros, je vais envoyer un SMS à Macron, le petit biquet, pour que vous soyez fait directement Commandeur de la Légion d’Honneur. Parce qu’en plus, la France est à l’arrêt, là on est 2 en tout à travailler, soit 2 de plus que Peter et Sloane, qui enchaînent les bar-mitsvah, s’ils partaient vivre à Kaboul. Pas de métro, pas de bus, pas de trains, bientôt plus d’essence, Demorand et Salamé, ils avaient prévu 8 jours en Relais & Château dans le Lubéron, ils n’ont pas pu descendre plus bas que Corbeil-Essonnes, bloqués à l’hôtel Ibis. Pour compenser, ils se rattrapent sur le buffet du petit dej, à deux, ils se sont déjà descendus 14 kilos d’œufs brouillés. Ils vont revenir, ils vont se mettre à caqueter. 

Moi à cause des grèves, ça fait un mois que je ne suis pas venu en matinale, et en tout sur décembre j’ai fait 6 chroniques, la lutte pour les retraites ok, moi je suis quasiment à la retraite, je me sens vieux, dans ma tête j’ai 75 ans, hier j’ai fait des macramés, à Noël on m’a offert le coffret DVD des Racines et des Ailes, des billets pour la tournée de Julien Clerc. Et la grève ici, elle sert à rien, les compressions de personnel, ça a commencé, Ali vous remplacez 2 personnes, -50% de charges salariales, et demain vous serez remplacé vous par un homme-tronc, -50%, lui-même remplacé par le pied de quelqu’un, à terme il y aura juste la dent creuse de Laure Adler posée devant le micro. De toutes façons, avec l’intelligence artificielle, dans 10 ans à notre place, il y a des robots, ils nous sont déjà supérieurs, moi je suis infoutu de faire un velouté de poireau, mon Magimix, lui, y arrive. Je l’appelle monsieur. Quand à Pigalle en vitrine je vois des sex-toys, je leur dis « les mecs, je m’incline, on va pas se mentir, moi faire ce que vous faites, je peux plus, je suis comme Ali Baddou, j’ai pris un coup de pelle. Année 74, ça y est, ça date ».

Faire une chronique pendant les fêtes, c’est insensé, j’ai décroché, l’actu, je m’en fous.

 Le matin, je mets la chaine du Père Noël, on voit le vieux et ses lutins avec les cadeaux dans l’entrepôt Amazon de Brétigny-sur-Orge, parce qu’ils se sont fait racheter, ça me suffit. Je veux rêver, la tête dans le derrière, affalé dans mon pieu à regarder des téléfilms où une working-girl de New-York se tape un bûcheron à la con qui est bâti comme son cheval. Le réel me tue. Allez, bonnes fêtes, à dans 3 mois sur France Inter. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.