Tanguy Pastureau est un homme d'habitudes

Oui, tous les jours je me lève à la même heure, 6h59, c'est 7h mais un peu avant, comme les petits tops à 19 euros 99, c'est pas 20, psychologiquement j'ai l'impression d'avoir une minute gratuite. 8h57 chronique, 9h01 Léa Salamé, vous me dites "c'était pas mal ce matin", 9h02 Claude Askolovitch, vous dites "ouais bof, je préfère Vizorek", 9h03 je pleure, parce que je suis très sensible, comme tous les génies. Van Gogh lui-même, dans un accès de mal-être, s'était découpé une oreille, aujourd'hui de peur de se faire engueuler par les végans, il découperait plutôt un brocoli, mais je ne peux pas moi me couper une oreille, puisque pour la radio, c'est pas pratique, il faut faire tenir le casque sur une seule, c'est comme de faire du skate quand on a qu'une jambe, c'est sympa, mais on n'avance pas des masses. Bref, j'aime mes petites habitudes, aussi suis-je ce matin décontenancé, la moitié de l'équipe habituelle étant absente. Nicolas Demorand notamment est en congés, il nous écoute sans doute dans son lit, nu, avec juste un hijab de running afin de rester collé à l'actu, et par réflexe, à 8h20, aura dit "bonjour, Benoit Hamon", ce à quoi Benoit Hamon, depuis la salle de bain, aura répondu "salut mon gros loup", en tous cas, s'il est chez Demorand, ce qui est peu probable, parce qu'il a quand même une défaite à préparer pour dans 3 mois. Certes, Ali Baddou, c'est un rêve de vous rencontrer, vous que je regarde à la télé depuis des années, en déposant des baisers sur l'écran plat, ma compagne, une fois, est entrée dans le salon, j'ai vite zappé, je suis tombé sur la chaîne Animaux, résultat, elle a cru que j'étais excité par les yorkshires. Quand le facteur est venu vendre son calendrier, elle lui a dit "surtout, pas celui avec les chiens, c'est pour Tanguy, donnez-m'en plutôt un avec des photos d'enfants", ce qui est pire.

Bref, ce sont les vacances d'hiver, tout est chamboulé, dans l'ouest parisien, il y a plein de place pour se garer, on a l'impression qu'Anne Hidalgo a fait un putsch et supprimé toutes les voitures avant de se rendre au Japon pour empaler Carlos Ghosn sur un Vélib sans selle. Mais les soucis existent toujours, ils se sont seulement déplacés, vers ces ghettos que sont Val d'Isère, Courchevel, Méribel, Megève. Et qui parle des problèmes que rencontrent les ultra-riches ? Personne. Moi je pense à vous. 

Oui, vous, peuple opprimé, jamais filmé par BFM-TV parce que vous n'êtes pas sur les rond-points mais autour des rond-points, en Hummer, je suis votre messager. Le coût du pass remontées mécaniques et forfait ski 7 jours, +40% en un an, on n'en parle pas. La prise en charge psychologique quand on a écrasé une marmotte sur la route, et que juste avant de passer sous les pneus, on a l'impression qu'elle nous faisait coucou, on n'en parle pas. L'impossibilité à Chamonix de trouver des moon-boots à glands, on n'en parle pas. Le fait qu'il est impossible de porter son anorak sur ses épaules parce que la matière fait que ça glisse, non plus. La raclette. Il y en a plus, avec le réchauffement, il fait 24 dans la station, on ne sert plus que des salades niçoises à la con. Il n'y a plus de neige, on se retrouve en raquettes dans l'herbe, tel Jo-Wilfried Tsonga s'il s'était trompé et les avait enfilé à la place de ses baskets, ce qui expliquerait ses échecs à Roland-Garros, allez faire un service, vous, avec les mains dans des Nike. Non aux gilets jaunes, vive les visages rouges ! Révolution !".       

Voilà, je sais que j'ai une forte conscience sociale, mais je tenais à être la voix des sans-voix. Bonnes vacances.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.