Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, Elon Musk n’est pas un déodorant pour homme, mais un chef d’entreprise sud-africain, naturalisé canadien puis naturalisé américain, pour voir autant d’êtres naturalisés, il faut aller dans la cave de Michel Drucker où il conserve ses chiens morts.

Elon Musk possède Tesla, la marque de voitures électriques, il y a la Model S à 110 000 euros, c’est comme la Renault Zoé, sauf qu’il y a la place de mettre des gens dedans, la Zoé il faut choisir, c’est soit vous, soit votre sac de sport, et il veut aussi coloniser Mars. Mars, c’est vide et rocheux, mais il n’a pas eu l’idée d’aller dans les Cévennes, donc il s’est rabattu sur cette planète globalement nulle. Bref, Elon Musk est considéré par beaucoup comme un génie, comme tous les inventeurs, je pense à Robespierre qui, en mettant la tête des nobles au bout d’une pique, a créé la saucisse-cocktail, résultat, 200 ans plus tard, Jean-Luc Mélenchon imite sa coiffure, il a une queue de cheval. Ou de poney shetland, parce qu’elle est très petite.

Et le souci d’Elon Musk, c’est le confinement, les usines ne tournent pas, les salariés protègent leur santé et celles de leurs enfants, un truc fou. Il est sur la même ligne que Trump, le président jaune et orange, qui ressemble un peu à un Malabar bi-goût, il faut bosser, même en pleine épidémie, notre MEDEF aux États-Unis, ils passent pour des trotskistes. Donc hier, Elon Musk est allé sur Twitter et a écrit « Free America Now », « Libérez l’Amérique maintenant », en gros caractères, sur internet les gros caractères, ça signifie qu’on hurle, c’est pour ça qu’à chaque tweet signé EDF, j’ai l’impression de me faire engueuler. Or l’épidémie de Covid-19 est intense en Amérique, donc le bon réflexe, pour un homme responsable, serait de dire « savez quoi, la production, elle va attendre, parce que je place l’humain au cœur de ma démarche », ce que personne n’a jamais dit, sauf peut-être le groupe Tryo en concert, avant de partir sur un solo de djembés frappés à coups de dreadlocks.

« Free America Now », c’est grave, je crois, d’écrire ça, d’autant qu’Elon Musk a 33 millions d’abonnés sur Twitter, imaginez l’impact. Vous, Hélène Roussel, j’ai regardé, vous en avez 5200, donc vous pouvez péter un câble, écrire « libérez la France, le 11 je ferai mon jogging dans une école maternelle à 800 bornes de chez moi », on se dira « elle est fatiguée, la matinale ça use ». Moi en 4 jours, j’ai perdu la moitié de mes neurones, hier je n’ai pas réussi à finir les mots mêlés dans L’Astrapi de mon fils. Mais 33 millions d’abonnés, on réfléchit, personne ne confine par plaisir, il y a pas un chef d’état qui se dit « tiens je vais faire une partie de Sims avec mon pays, je vais détruire l’économie, on va voir ce qu’il se passe ». On peut donc être à la fois un génie et un con.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.