Il l'a annoncé, dans deux semaines, il quittera peut-être la France...

C'est terrible, il va nous laisser seuls avec Keen-V, Arielle Dombasle et les vêtements de Michel Houellebecq. Il va fuir le pays, comme avant lui l'ensemble des joueurs de tennis français, mais aussi Manuel Valls, Leonarda, Polnareff, ou les cheveux de Polnareff, qui refusent de le quitter malgré tout ce qu'il leur a fait. Lui, c'est Maxime Nicolle, une figure des Gilets jaunes, connu sous le nom de Fly Rider, en français, le chevaucheur de mouches, généralement, quand on n'arrête pas de causer comme lui, on les sodomise, lui les chevauche, du point de vue de Jacquie et Michel, il s'agit d'une inversion totale des valeurs. Maxime Nicolle, mardi, a posté une vidéo sur sa page Facebook pour expliquer que, tel le Général de Gaulle s'il s'était sapé comme un skateur dans un vieux clip de Sum 41, il allait partir, dans un mois, il sera devant la BBC à Londres à essayer de badger afin de lancer son appel à la résistance. Selon lui, le président n'a rien fait pour le peuple, alors que c'est faux, ça fait 15 jours que Macron parle de lui-même aux gens dans des gymnases en leur démontrant à quel point niveau excellence il est juste au-dessus de Dieu, dans une réunion tupperware, Macron, ce serait le seul tupperware capable d'expliquer à quel point il est top quand on veut conserver du taboulé.

Mais Fly Rider, ça lui suffit pas, et il a fixé un ultimatum au gouvernement, depuis chez lui

C'est pratique avec Facebook live, avant, aux toilettes, on lisait un vieux Télé Loisirs en se disant "tiens, mais je pensais qu'il était mort, William Leymergie", maintenant on fait la révolution, Che Guevera en 2019 il serait à la cool dans son canap' à fumer des cigares, il aurait la vie de Patrick Balkany, ce qui fait qu'il n'y aurait pas de T-shirts à son effigie. Fly Rider déclare donc "si vous ne faites pas ça, dans 2 semaines, je quitte ce pays", j'ai vérifié, ça tombe le 13, donc si ça se trouve il veut juste zapper la Saint-Valentin mais n'ose pas dire à sa copine, laquelle fait au même moment une vidéo anti-Macron dans la buanderie, qu'il la quitte. Et il ajoute "je ferai une demande d'asile et je me battrai à l'extérieur", c'est-à-dire qu'il va ouvrir une cagnotte Leetchi, récolter un million d'euros et tourner les mêmes vidéos mais à Phuket, à l'hôtel-club des 3 naïades épilées, où il dira "oui, il faut pendre Macron, révolution", là on entendra un serveur dire "c'est pour vous, la Caipirinha ?", et d'un coup le Facebook live s'éteindra. 

Fly Rider souhaite donc partir pour un pays avec lequel la France n'a pas d'accord d'extradition, même si cette personne, c'est un peu comme une mycose, je ne suis pas certain que si elle part, on veuille la récupérer. Donc j'ai vérifié, comme option, il a la Corée du Nord, mais il y a le risque de tomber sur Kim Jong-un, le Mexique, mais il y a le risque de tomber sur Christine Bravo, ou l'Egypte, seulement le despote en place, le président Sissi, c'est comme Oui-Oui mais en plus pressant, est un ami de Macron, donc pas possible. Fly Rider termine en disant "s'il faut aller au fond de la cave comme le directeur de Wikileaks pendant 6 ans, c'est pas un problème", alors, je conseille pas, à être allés au fond de la cave, il y a Natascha Kampusch et Depardieu, ni l'un ni l'autre n'est revenu indemne. Enfin, Fly dit qu'il en appellera les pays du monde entier à venir en aide aux Français, c'est donc notre deuxième humoriste de portée mondiale après Gad Elmaleh, on lui souhaite bonne chance et à tout de suite dans sa cuisine sur Facebook

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.