J'ai une question sur le coeur. Car oui, j'ai un coeur. J'ai un coeur et j'ai une question qui appuie très péniblement dessus. Mais avant de vous la poser, sachez que j'ai conscience qu'il n'est pas follement original sur cette antenne de dire du mal du Front National, si je disais tout à trac que Marine Le Pen est "caca boudin", je ne ferai preuve ni d'un esprit rebelle ahurissant, ni d'un argumentaire très construit et très adulte, vous en conviendrez. Pourtant c'est ce que je pense, je pense du fond du coeur que Marine Le Pen est "caca boudin", voire même que le Front National pue du cul, mais la question qui commence à sérieusement me tarabiscoter le cibouleau, c'est " faut-il parler du Front National?"

Discours de Marine Le Pen lors de la clôture de la convention départementale 2015 du FN
Discours de Marine Le Pen lors de la clôture de la convention départementale 2015 du FN © MaxPPP/Thomas Padilla

Faut-il parler du nez, ça je sais que non, on me l'a bien dit, c'est pas agréable pour l'auditeur, mais faut-il parler du Front, est-ce que c'est agréable ça pour l'auditeur d'entendre à chaque coin de ses journées un éditorialiste, un chroniqueur ou un politique ratiociner interminablement sur le Front National? Ratiociner ça veut dire ergoter, abuser du raisonnement. Dans certaines situations ça peut aussi vouloir dire cueillir les hortensias, par exemple dans la situation où on se trompe de verbe.

Je reformule ma question: est-ce que ça ne finit pas par être un peu stérile, ou inutilement anxiogène voire même archi contre-productif ? En d'autres termes donner de la voix sur le FN ne finit-il pas par donner des voix au FN?

Non parce que moi j'ai pas beaucoup d'expérience, mais parfois ça me fait drôle qu'on accorde autant de place partout au FN. Ça me fait drôle et ça me rappelle quand j'étais enfant et que j'aimais bien jouer avec Folky le petit chien excité de la voisine. Au bout d'un moment arrivait ce qui devait arriver: Folky à force de l'exciter devenait un peu teigneux, un peu agressif et finissait par me "niaquer" le mollet comme on dit chez moi dans le Mâconnais.

Ma maman me disait alors en rallumant une gauloise: "t'occupes pas de lui". Mais moi je le repoussais un peu du bout de la basket, et plus Folky devenait féroce, plus maman rouspetait:

  • "Mais ignore le j'te dis, faut te le dire en quelle langue !"

  • "Mais je lui fais juste psssht ! Mais non, tu lui fais pas pssht, si tu lui fais pshiit ça l'excite encore plus, faut pas faire psshit, faut faire comme s'il existait pas, faut même pas le regarder".

Bon, j'admets que si maman est plutôt très fine psychologue comportementaliste pour les petits chiens nerveux, je sais pas ce qu'elle vaut pour les partis politiques d'extrême droite, il faudrait que je lui demande. C'est aussi un peu comme les types très très bourrés les samedis soir dans les villes, au bord des fleuves, qui t'agressent un peu, qui te crie dessus.Ben ceux-là il paraît aussi qu'il vaut mieux les ignorer, qu'il faut les laisser se décourager tout seuls et regarder ailleurs.

Donc je reformule encore ma question: et si le Front National était un parti composé essentiellement de chiens un peu nerveux qui veulent juste jouer à la ba-balle quand nous on a plus trop envie, ou de mecs et de filles un peu trop bourrés et un peu trop bruyants les samedis soir au bord de fleuves qui coulerait plus paisiblement sans eux ?

Attention, je ne dis pas que Marine Le Pen est gardienne de chenil ou qu'elle sent le pastis à 3 km, et je vais même vous dire mieux, j'ai pris récemment le Thalys avec elle. Enfin pour être exact, j'ai pris le thalys avec Nicole Ferroni et Marine le Pen était derrière nous. Et Nicole pourra vous le confirmer d'autant qu'elle est elle-même marseillaise : ne s'échappe de Marine Le Pen aucune fragrance d'anis ou de setter irlandais.

Non, en plus je sais bien que le FN est devenu un parti fréquentable, pour peu bien sûr qu'on aime fréquenter les brutaux, les racistes et les homophobes, après tout c'est un goût comme un autre. Mais voilà, je re-reformule ma question, si vous pouviez me répondre avant le prochain solstice d'hiver ce serait bien.

Faut-il encore, à quelques jours d'un scrutin, rappeler la brutalité, la bêtise crasse et le quasi-analphabétisme de certains candidats, comme cet adorable aveyronnais qui a appelé à la destruction des juifs une fois et pour toujours sur son compte Facebook?

Ou faut-il plutôt consacrer son énergie à ratiociner tranquillement les hortensias en fredonnant les chansons d'Anne Sylvestre?

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.