Ce matin je devais vous parler un p’tit peu de l’emploi du participe passé dans l’oeuvre d’Edgar Allan Poe. Mais comme c’est la fin de l’année et que je sens bien que vous n’êtes plus très concentrés, à la place j’ai deux questions à vous poser. La première c’est « Est-ce que vous savez faire ça » ? Et la deuxième c’est « Est-ce que vous êtes des gadgés ? » Est-ce que vous êtes des gadgés? Yves vous êtes un gadjo ou pas ? Un gadjo, des gadjés ! Catherine est-ce que vous êtes une gadget ? Non parce qu’avec Charles et Alex, on n’est pas des gadgés ! Un gadgo -que je vous explique- c’est… comment on pourrait dire ?- un raclo voyez ? Un gavalo, un paysan t’as vu ! Un sédentaire d’ses morts mettan ! En opposition à voyageur, gitan, manouche. Eric t’as compris ou t’as pas compris mon pral !? Hein? Ah oui oui vous êtes bien sur France Inter, chers auditeurs. Ne saisissez pas tout de suite le CSA, tout va bien.

C’est simplement que je viens de passer trois petits jours chez les gitans, en Auvergne, à chanter des chansons, à manger du niglo (un niglo, des niglés, c’est du hérisson, c’est bon ça a un p’tit goût de hérisson), à vivre et à travailler sur le spectacle de mon ami Logan de Carvalho, et que c’était tellement rare au monde comme ils disent que j’ai eu envie de vous en faire profiter. Je sais que vous m’imaginez pas chez les gitans mais j’suis pas un gadgé, je suis pas un gadgé qu’est-ce que vous voulez que je vous dise !? La prochaine fois je vous emmène avec moi Ericatherine, vous verrez vous serez bien reçus et puis ça vous changera un peu de Marrakech et du Cap Ferret (où je sais que vous avez une demie-douzaine de résidences secondaires chacun). Ca nous fera du bien. Parce que se lever à l’aube comme ça pour aller baver dans un micro comme un trimard, c’est vraiment des vies de narvalo, j’t’y dis moi.

Et puis il faut dire aussi que ça tombait bien ce petit séjour. Parce que vous avez sans doute vu ces derniers jours tourner sur les réseaux dits « sociaux » ces vidéos dingues de ces deux familles dingues de gitans dingues qui se clashent violemment par écrans interposés. Bon. Si vous ne les avez pas vu (déjà c’est une bonne nouvelle, ça veut dire que contrairement à moi vous avez mieux à faire que de bouffer des Schtroumpf qui piquent devant Facebook toute la journée), et ensuite je vous raconte. Au sein de la famille Lopez, il y a deux clans dont l’un vit en Alsace du côté de Clermont-Ferrand… Les deux chefs des deux clans, David et Jo Lopez, -comment le dire simplement- ne peuvent pas trop se piffer. C’est un doux euphémisme, puisque dans les vidéos qui circulent il est régulièrement question de sodomiser tel membre de la famille adverse dans des conditions sanitaires assez approximatives, ou même d’aller déterrer les ancêtres décédés pour -et là c’est selon les goûts- les manger, les sucer, ou les rempailler intégralement. Donc vous voyez on est loin d’une petite attention charmante ou d’un mot d’amour, même criblé de fautes comme les aimait André Breton. Non là on est plutôt sur des lettres d’insultes criblées de balles. Mange tes morts ! Et j’ai -j’avoue- un tout petit peu de peine à en rire. Je vois bien que ça fait rigoler tout le monde, que ça fait même rire les oiseaux et que ça fait chanter les abeilles, que c est un spectacle tr è s exotique pour les parisiens. Mais si c’était pas si drôle ? Si c’était pas si rigolo qu’on voudrait nous le faire croire à longueur d’articles dans les revues bien pensantes de gauche…?

Le site internet Vice a fait un article plutôt nauséabond et bien peu emphatique dans lequel la femme de David Lopez est comparée à Zézette du Père Noel est une ordure. Or la femme en question est plutôt très belle, belle comme un jour sans pain dans la gueule… dans la sienne.

Si bien qu’on a un peu envie de dire au type de Vice qui a écrit l’article « Dis-donc, mais t’as pas vu ta tronche à toi ? », est-ce que tu sais faire ça d’abord ? Et moi j’ai envie de dire aux gitans qui m’ont accueilli ces trois derniers jours à Clermont : Merci pour l’accueil, même si je suis bien déçu de pas avoir mangé de choucroute, merci Guiguite, il était très bon ton lapin, merci l’Albert d’avoir chanté Tino Rossi plein de bière et à plein poumons entre deux larmes, l’une pour ta femme, l’autre pour ton frère. Merci Coco, merci l’Arlin, merci Logan et à ce soir, pour la première de ton spectacle qui promet d’être de toute beauté. Alors, on est des gadgés ou on n’est pas des gadgés?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.