Le dessin de Jonaten du 02-04
Le dessin de Jonaten du 02-04 © Jonaten / Jonaten

A lire dans Le Figaro , ce matin, les résultats de l’interrogatoire mené par les services secrets pakistanais, de l’une des femmes d’Oussama Ben Laden, présente lors de l’arrestation et de la mort du leader d’Al Qaeda, le 2 mai dernier, au Pakistan. On y apprend que juste après les attentats du 11 septembre 2001, le clan Ben Laden avait pour consigne de se disperser, afin de semer les poursuivants. Amal Ahmad Abdul Fateh, c’est le nom de l’épouse, a ainsi vécu 8 à 9 mois à Karachi, en 2001, avant de rallier Peshawar, où l’a rejointe Oussama Ben Laden.

Alors que soldats et services secrets américains le cherchent dans les zones tribales pachtounes, à la frontière avec l’Afghanistan, c’est en ville, et déjà au Pakistan, que se cache l’ennemi public numéro 1, avec femmes, enfants, armes et bagages. Ils déménagent sept fois. Ben Laden aura quatre enfants de plus, dont deux naîtrons à l’hôpital public. A partir de 2005, soit pendant six années, c’est à Abbotabbad, là où il a été abattu, que l’homme le plus recherché au monde séjourne, à quelques centaines de mètres de l’Académie Militaire du Pakistan… donc dans l’une des zones les plus sécurisées du pays. Les questions qui avaient déjà affleuré le 2 mai dernier demeurent entières : comment, dans un Etat aussi policier que le Pakistan, Ben Laden et sa cohorte ont-ils pu se retrouver, se déplacer, se loger pendant dix années sans jamais attirer l’attention ? Pour Richard Clarke, ancien conseiller à anti-terroriste à la Maison Blanche, il ne fait aucun doute qu’ils ont bénéficié d’appui de personnalités très haut placé au Pakistan.

Le Pakistan pourtant officiellement allié des Américains pour trouver Ben Laden.

Toujours dans Le Figaro , ces espoirs faussement ingénus de Renaud Girard, à propos de l’aide militaire à apporter aux rébellions du monde arabe. Faut-il armer les rebelles syriens ? C’est la demande qu’ont formulé le Qatar et l’Arabie Saoudite lors de la dernière Conférence Internationale des amis de la Syrie. Une idée très dangereuse, selon l’éditorialiste du Figaro , qui rappelle les suites, sanglantes, de l’intervention occidentale en Lybie. Notamment les affrontements meurtriers entre tribus arabes et touboues, sur fond de mainmise sur les réserves de pétrole et de gaz du pays. « Espérons que ces combats ne se font pas avec les armes françaises [parachutées par la France en juin 2011]. Et surtout, prions pour qu’aucune d’entre elles ne se retrouve chez les rebelles touaregs anti-Bamako qui contrôlent la moitié du Mali ou, pire encore, dans les katibas d’AQMI dont le sport favori est de prendre des Français en otages ».

L’espoir fait vivre.

Dans Le Parisien , la douleur longtemps muette de Marie Fuguain, sœur de Laurette, fille de Michel. Dix ans après la mort, d’une leucémie foudroyante, de sa petite sœur, Laurette, Marie écrit pour dire la souffrance des frères et sœurs. Sa souffrance à elle, tue, ignorée, minorée. 10 ans après, le deuil est toujours là. Marie Fugain dit écrire « pour tous ceux à qui on n’a jamais demandé comment ils allaient, les sœurs, les frères, les cousins, les grands-parents, les petits copains… Tous les oubliés de la douleur. Les endeuillés qui sont censés s’en remettre, les enfants qui grandissent avec un boulet au pied et qui ne marchent pas droit parce qu’ils n’ont pas pu exprimer leur chagrin. Parce que les parents seuls on le droit d’être inconsolables de la perte d’un enfant et qu’ils le sont d’ailleurs tellement que les autres enfants n’existent plus vraiment »…

Attention, nous dit un psychiatre interrogé par Le Parisien , au syndrome de l’enfant protecteur, celui qui fait tout pour éviter à ses parents des problèmes supplémentaires.

Allez, terminons sur une note moins grave… Néné fait du boudin ! C’est à lire aussi dans Le Parisien , et bien sûr dans L’Equipe : la mauvaise humeur de l’attaquant brésilien, meilleur buteur du PSG, laissé sur le banc de touche hier par Ancelotti. Or, le PSG ne gagne pas toujours quand Néné joue, mais il perd systématiquement, quand Néné ne joue pas !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.