Le dessin de Jonaten du 02-12
Le dessin de Jonaten du 02-12 © Jonaten / Jonaten

Deux baisers ! C’était l’incredible cadeau offert par Kate Middleton et le Prince William à la foule et aux téléspectateurs du monde entier, le jour de leur mariage, le 29 avril dernier. Le baiser dans tous ses états, c’est aussi le thème d’un très réjouissant dossier dans le dernier numéro du mensuel Causette , « plus féminin du cerveau que du capiton ». Du baiser de « salutation » des Romains, ou des Russes au Palot Alto, vous saurez tout sur le roulage de pelle et ses déclinaisons. Hilarantes, les confidences de quelques lectrices sur leur tout premier baiser. « J’ai trouvé ça assez immonde, cette langue toute dure qui tournoyait sans s’arrêter, genre foreuse » pour l’une. « Quelle déception ! Une sensation de baveux dégueu. Il me touchait les seins en même temps, et je ne ressentais rien sauf l’absurdité de la situation : on échangeait nos baves tandis qu’il me passait un savon sur les seins ! ». On en passe, et des meilleures !

Parmi ces descriptions, celle, très clinique, du baiser. S’échanger un patin ? C’est en moyenne 40 000 miasmes allègrement partagés avec parfois pour effet secondaire un discret « refilage » d’herpès, d’aphte et bien sûr de mononucléose, une maladie dont on met des semaines à se relever ! Ca fait cher le french kiss ! Plus réjouissant et plus connu, le fait que le baiser amoureux, avec ou sans langue, réduise le stress et augmente le taux d’ocytocine, l’hormone de l’attachement. Plus on s’embrasse, plus on s’aime, en fait… Inverse et opposé étant aussi vrais. Sachez encore que 34 muscles sont sollicités par la pratique de la galoche, ce qui, nous fait malicieusement remarquer Causette , est bien plus que lors d’une séance d’abdos-fessiers, mais le résultat n’est pas le même sur la balance. Hein quoi ? Pas romantique cette chronique ? Précipitez-vous sur Le baiser peut-être de Belinda Cannone, qui parle du « plus beau geste de l’amour » et voit dans le baiser la manifestation de l’égalité, dans l’amour. Alors là pardon, mais justement s’il y a un truc où l’homme et la femme ne sont pas égaux c’est bien celui-là ! Midinettes les filles ? Plus romantiques que leurs rustauds ? Jugez plutôt ! Chères mesdames, nous sommes 90% à fermer les yeux au moment de la fricassée de museaux, alors que la moitié des hommes gardent les yeux ouverts.

© Audrey Pulvar

__

Extrait musical diffusé :

« Le baiser » par Indochine

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.