Le dessin de Jonaten
Le dessin de Jonaten © Jonaten / Jonaten

*Le président américain plaidant pour un état plus juste, plus présent, mais surtout un partage plus équitable des ressources de son pays afin que chaque Américain, et surtout ceux qu’on ne voit pas assez, les classes moyennes en perte de pouvoir d’achat et de visibilité dans leur propre société, ait sa part de rêve… C’était hier et toute la soirée, les éditorialistes de CNN multipliaient analyses, interrogations et interviews de personnalités pour déterminer si oui ou non, la défense des intérêts de cette catégorie d’électeurs seraitle grand thème de campagne du candidat démocrate à sa succession… Télescopage.

Drôle de coïncidence, avec la Une du quotidien Le Monde daté d’aujourd’hui. Elle est consacrée à « La colère sourde des Français invisibles ». Qui sont-ils ? Qui leur parle ? Qui se soucie d’eux ? Ces millions de Français, que le quotidien nomme « les Français d’à-côté », les « Français invisibles »... A côté de quoi ? Invisibles pour qui ? A côté d’une petite société prospère, installée dans les centres villes bourgeois, belle basse-cour à bijou, volaille qui fait l’opinion. Invisibles pour les médias, qui ne leur consacrent que rarement temps et espace, invisibles encore pour les responsables politiques, qui pour se réclamer d’eux à l’approche de chaque grand scrutin, n’en changent pas plus leur vie. « Y’a une sélection c’est normal, on lit pas tous le même journal »**

Invisibles, ils tendent pourtant à devenir une majorité. Or, à mesure que croie leur proportion dans notre pays, tandis que leurs conditions de vie se dégradent, ces citoyens poussés aux franges des villes, voire plus loin par le coût exorbitant de l’immobilier, se sentent de moins en moins considérés. Ghettoïsés, une fois sortis, ils ne peuvent plus jamais revenir au chaud de l’intra-muros. Plus nombreux à connaître le chômage ou le temps partiel subi, composant avec les périls liés à la mondialisation, ils vivent avec la peur de disparaître, de ne plus avoir revêtir aucune importance aux yeux de la puissance publique et doivent également composer avec les tensions liées à l’identité mouvante du pays. Qui leur parle ? « Ils nous ont oubliés… La cité ne vote pas, alors nous n’intéressons personne » dit une riveraine. « Tout le monde se fout de notre sort », ajoute un voisin. 70% d’abstention aux dernières élections, aucune confiance dans les politiques de tous bords, ou presque… Ou presque.

***De la terre au ciel, tout là-haut… Elle est Jade, il est Arnaud. Elle sort de la piscine intérieure de leur hôtel particulier vêtue d’une robe longue et de vertigineuses sandales. Il l’attend serviette à la main costume impeccable, ventre plat et mine brûlée en mode U.V à très très haute dose… Evidemment, à force d’être si près du soleil. Jade et Arnaud, « un véritable conte de fée », « une jeune fille de 21 ans aux mensurations de rêve », « un prince charmant en puissance »… Tout le papier est à l’avenant : six pages d’hallucinantes photos et un texte à leur démesure de la « panthère blanche » qui rencontre « Peter Pan », c’est à lire dans Gala .

Télescopage… vous avez dit télescopage !

© Audrey Pulvar

*Vidéo de Barack Obama : "New Obama Campaign theme ?", visible au lien suivant :

http://edition.cnn.com/video/

__

**Extrait de la chanson "Poulaillers's Song" d'Alain Souchon

Album : Jamais content

1977



***Extrait musical diffusé : « Sous le soleil exactement » de Serge Gainsbourg

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.