Par Eric Delvaux

Le dessin de Jonaten du 10-04
Le dessin de Jonaten du 10-04 © Jonaten / Jonaten

Comment le couple traverse-t-il l'épreuve de la politique ? Comment partager la vie, l'amour, avec quelqu'un qui n'a pas les mêmes opinions politiques ? Dans la plupart des cas, ce n'est pas un problème. C'est ce que dit un sondage réalisé par le site de rencontre Meetic le mois dernier.

Selon cette enquête, dans 65 % des cas, vivre avec quelqu'un qui a des opinions politiques opposées ne poserait pas de problèmes particuliers. A l'inverse, ils sont seulement 34% à répondre que cette situation les gênerait.

Dans le journal Le Monde , le psychanalyste et pédopsychiatre Samuel Lepastier tente de décrypter cette approche politique du couple.

« Avoir des opinions divergentes ne pose pas de problème dans un couple quand il y a, à la base, une éthique commune », dit-il. « Etre amoureux, c'est aller vers l'autre, alors dans ces conditions, avoir une opinion différente peut même être un facteur d'attirance ».

Et puis les temps ont changé. S'il pouvait être délicat, il y a 40 ans, d'avoir des opinions divergentes au sein du couple, c'est désormais plus facile, notamment parce que la politique a perdu sa valeur sacrée. Ce n'est plus un sujet tabou.

Extrait du film de Michel Leclerc « Le nom des gens » avec Jacques Gamblin et Sarah Forestier (2010)

__

Ils seraient donc 65 % des Français prêts à vivre avec quelqu'un de l'autre bord. Mais dans les faits, les couples dissonants restent largement minoritaires ; seulement 14 % dans la dernière enquête parue il y a 4 ans.

Au final, comme le chante Salif Keïta, « c'est la différence qui est jolie ».

© Eric Delvaux

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.