Rose
Rose © fredpanassac

C’est un reportage sur le petit village aveyronnais de Saint-Rémy-de-Montpeyroux, 580 habitants et un « tabou », nous dit la journaliste : le célibat des jeunes agriculteurs. Les filles partent étudier à la ville et ne reviennent pas. Les garçons restent, à la fois par attachement à la terre et parce que beaucoup d’entre eux ont trop peur de ne pas trouver leur place parmi les urbains. Le phénomène n’est pas nouveau, il n’est pas anodin non plus.

Tous ces jeunes hommes célibataires, cela préoccupe les plus âgés, en couples, eux. A tel point que la mairie a décidé d’organiser, 4 fois par an, un bal. Et l’on vient de loin pour y participer. Touchante description des derniers préparatifs et des émois jeunes adultes en quête d’une rencontre. Les filles, toujours plus délurées, prennent l’initiative. Elles sont joyeuses, et ce sont souvent elles qui invitent les garçons à danser. Ces derniers, beaucoup plus réservés, se tiennent sages comme des images. Ils ont 19, 20, 25 ans et pas une amourette à l’horizon. Alors le bal, pourquoi pas ? Comme on est bien en 2011, les filles consultent les profils sur Facebook des hommes qui s’inscrivent à la fête. Comme même en 2011, l’amour, ça marche toujours de la même manière et il arrive plutôt deux fois qu’une que le bal favorise, en effet, les rencontres. Mais pour un soir ou pour la vie ? Les demoiselles interviewées par la journaliste du magazine du Monde sont formelles : tant pis si les garçons sont trop attachés à leur terre pour partir, pour elles, c’est sans hésitation la vie à la ville. Donc incompatible.

« C’est la faute aux études », s’écrie l’un des garçons. « Elles partent, mais ne reviennent pas » !

« Elles veulent être architectes, décoratrices d’intérieur ou travailler dans la chimie… nous on est plutôt axés sur des métiers manuels », dit un autre. Inconciliable ? Sur le papier oui. Dans la réalité d’un bal où l’on tourne, danse et s’esclaffe, non. Car contrairement à ce que dit le poète, il y a parfois amoureux heureux.

.

© Audrey Pulvar

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.