Le dessin de Jonaten du 12-03
Le dessin de Jonaten du 12-03 © Radio France / © Jonaten - 2012

It’s the economy, stupid ! “C’est l’économie idiot!” Célèbre réplique de Bill Clinton, en 1992, alors en pleine campagne électorale pour la présidentielle américaine. L’économie, l’emploi, le pouvoir d’achat, la protection des salariés, sujets majeurs de l’élection. Sujets de préoccupation primordiaux, pour les électeurs américains…Ils demeurent entièrement d’actualité, vingt ans plus tard. Et pourtant, là bas comme ici, on a parfois l’impression que la campagne électorale se joue sur tout autre chose. Voyez la primaire républicaine, pour désigner LE républicain qui représentera les électeurs de la droite et de la droite de la droite, face à Barack OBAMA.

En jeu cette semaine, le Mississipi et l’Alabama. Deux états certes hyper religieux, mais aussi très pauvres. Frappés par la désinsdustrialisation, le déficit d’emplois et la précarisation d’une classe moyenne qui descend socialement. Et pourtant, c’est d’abord et avant tout de Dieu, de religion, que vont entendre parler les électeurs de ces deux Etats américains… Prières, éducation religieuse mettant en cause les explications scientifiques de l’apparition de l’homme sur terre… diatribes anti-mariage homosexuel, anti-avortement.

On exagère ? Non. Ce sont les gens contre lesquels Barack Obama devra se battre, si Rick Santorum ou Newt Gingrich remportent cette primaire. Oh ils ne sont pas favoris, même si Santorum représente un réel danger pour le chouchou des sondages mitt Romney. Mais celui-ci, s’il est plus progressiste que ses deux petits camarades, sera bien obligé en suite de faire campagne très à droite. Histoire de tenir compte du vote exprimé. Mais que signifie cet impératif de droititude ? Que déjà en 2008, le vétéran John Mac Cain perdait des points parce que considéré par l’aile dure de son parti, comme trop à gauche … Que c’est la frange la plus conservatrice du Parti Républicain qui s’exprime. Que la peur de l’autre, l’angoisse du déclassement, les craintes de voir disparaître sa civilisation sont à son comble.

Les Tea party de Sarah PALIN, avaient déjà fait recette et largement pesé sur les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, voici que l’étranger, ses coutumes et son mode de vie deviennent un « danger », pour les bons américains… Qu’une femme est d’abord une mère et qu’il n’est pas question pour elle de contrôler le nombre de naissances sous son toit. La réputée « première démocratie du monde », considérée comme à l’origine de mouvements de sociétés de fonds, contagieux, se laisse donc couler doucement dans le moule du pays où l’on érige des frontières de plus en plus étanches, et où la religion occupe tout l’espace. Sombre présage, pour les pays qui l’imitent. Heureusement il n’y a pas que ça dans les primaires républicaines. On y trouve encore pêle-mêle, des menaces directes de frappes contre l’Iran, des évangélistes au bord de la transe mais aussi quelques motifs de sourire, quand par exemple, le favori, Mitt Romney raconte qu’il n’aime rien tant que manger un bol de céréales bien sucrées le soir. On pouffe et l’on n’imagine pas la même confidence venant d’un candidat ou d’une candidate à la présidentielle en France. Dommage.

© Audrey Pulvar

__

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.