Pilules, médicaments
Pilules, médicaments © Fotolia /

Ce matin, vague à l’âme et une pointe de découragement devant la double page du Parisien , sur les accusations portées par un laboratoire pharmaceutique allemand Riemser, contre un labo français Genopharm. En cause, le Thiotepa, un traitement tueur de cellules cancéreuses, utilisé essentiellement pour traiter des enfants atteints de leucémie. Riemser accuse Genopharm d’avoir sciemment commercialisé des lots dont la date de péremption avait été falsifiée. Des médicaments périmés depuis 2009 et encore mis sur le marché par Génopharm, en toute connaissance de cause, jusqu’à mi-2011. Riemser accuse Genopharm de faux et usage de faux, tromperie et falsification et, fait rare, le laboratoire allemand va déposer plainte, au pénal. Pourquoi Riemser s’en remet à la justice française ? Pas par esprit procédurier, affirme son avocat, mais parce que les Allemands ont d’abord fait un signalement à l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des produits de santé, qui n’a été suivi d’effets qu’au bout de plusieurs mois. Les médecins interrogés par Le Parisien estiment qu’il est difficile de mesurer les conséquences sanitaires de l’utilisation de Thiotepa périmé depuis deux ans, mais dans la mesure où ce médicament, très puissant, est censé tuer les cellules cancéreuses. Péremption = sous-dosage. Forcément fatal ? Riesmer est persuadé que des cancers ont pu s’aggraver, voire conduire au décès du patient à cause de ce mauvais traitement. Genopharm est aux abonnés absents. Si on ne peut pas exclure une manipulation, voire une cabale, montée contre le laboratoire français, on voudrait simplement en avoir le cœur net. La Suisse, également alertée par Riemser, a déjà ouvert une enquête judiciaire et mené des perquisitions. En France, il a fallu sept mois à l’Affsaps pour conclure à la nécessité de rappeler les lots mis en cause. Mais pas de procédure judiciaire en cours. Dans les hôpitaux français, des enfants malades et leurs parents ont cru pouvoir faire confiance à ce traitement pour les mener à la guérison. Leur santé a-t-elle été sacrifiée à l’appât du gain ? Ecœurement.

© Audrey Pulvar

Le dessin de Jonaten du 17-11-2011
Le dessin de Jonaten du 17-11-2011 © Jonaten / Jonaten

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.