Le dessin de Jonaten du 20-06
Le dessin de Jonaten du 20-06 © Jonaten / Jonaten

Sur la place Tahrir en Egypte, les femmes se font agresser. Sur la place Tahrir en Egypte, des femmes se font régulièrement violer. Sur la place Tahrir en Egypte, les femmes n'auraient plus leur place.

Dans le journal Le Monde Sylvie Kauffmann nous dit comment « Ils » ont gagné. « Ils », se sont bien les hommes égyptiens qui agressent les femmes sur cette place où a pourtant soufflé le vent de révolution qui a libéré l'Egypte de l'emprise Moubarak. Mais très vite le climat s'est dégradé et les femmes qui participaient aux manifestations ont été prises pour cible, victimes d'agressions sexuelles. « On est là... bien au delà du harcèlement dont les égyptiens sont malheureusement assez coutumiers du fait » écrit Sylvie Kauffmann. De multiples témoignages photos ou vidéo confirment les agressions sexuelles à l'arme blanche, au moment où les femmes viennent manifester pour plus de liberté.

Sur la place Tahrir, il y a la forme la plus extrême : le viol à plusieurs, sous le regard de la foule. Il y a aussi l'agression à caractère sexuel, doublée de coups et blessures perpétrés, parfois, par les forces de l'ordre elles-mêmes, comme l'ont montré les images en décembre dernier. Notamment ce soldat qui se déchainait à coups de pieds sur le corps d'une femme dont on ne voyait plus que le soutien-gorge sous le Niqab arraché.

La place Tahrir en Egypte reste le seul lieu des soulèvements arabes où des femmes journalistes ont été violées en faisant leur métier. Désormais, Reporters Sans Frontières leur déconseille de s'y rendre, ce qui est, au passage, une grande première dans la profession. Une femme « reporter » d'associated press qui a été agressée raconte dans son article comment d'autres femmes vivent ces violences. Notamment cette égyptienne coincée contre un mur, assaillie par 200 hommes, face à la menace la jeune femme s'est évanouie avant que quelques bons samaritains parviennent enfin à la secourir au milieu des coups.

Que nous dit cette triste histoire de la place Tahrir ? Elle raconte la cruelle désillusion égyptienne, elle raconte la fragilité du sort des femmes dans le monde arabo musulman : aussi fragile que les aspirations démocratiques.

Dans le journal Le Monde , le constat de Sylvie Kauffmann est résumé dans ce titre, sur cette triste place Tahrir : « « Ils » ont gagné »

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.