Le dessin de Jonaten du 28-06
Le dessin de Jonaten du 28-06 © Radio France

C'était une information du Canard Enchaîné : les gardes du corps de François Hollande au sommet de Rio la semaine dernière avaient oublié leurs armes à Paris. Ils n'avaient plus que leurs mains nues pour assurer la sécurité du président français en cas de problème.

L'information a fait les gorges chaudes en même temps qu'elle a fait sourire. Or ce matin dans Le Figaro , le patron du service de protection des hautes personnalités donne une autre version des faits, qui relativise l'information du Canard .

En fait, sur les cinq fonctionnaires chargés de la sécurité du chef de l'Etat à l'étranger, seuls deux étaient privés d'armes. Ca ne concerne que les deux agents partis en éclaireurs à Rio une semaine plus tôt.

Leurs armes à feu auraient dû arriver en même temps que la délégation française dans l'avion officiel et c'est cette mallette qui est restée à Paris.

Les trois autres fonctionnaires arrivés en renfort dans l'avion en même temps que François Hollande étaient bel et bien armés. Il est donc faux de dire que les gardes du corps du chef de l'Etat à Rio n'avaient que leurs mains nues pour le protéger. Le Président était bien sous protection. Allégée aux trois cinquièmes, mais protégé tout de même.

Il n'empêche qu'on ne badine pas avec la sécurité du premier personnage de l'Etat. Le fonctionnaire qui est à l'origine de la bévue a déjà été écarté du GSPR, le Groupe de Sécurité de la Présidence de la République. Non parce qu'il a oublié la mallette avec les armes, mais parce qu'il aurait tenté de faire porter le chapeau à un de ses collègues.

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.