Marine Le Pen exigeait plus de temps de paroles dans les médias à partir de maintenant. Elle s'en est émue auprès du CSA il y a quelques jours.

Marine Le Pen en conférence de presse à Lille en janvier 2017
Marine Le Pen en conférence de presse à Lille en janvier 2017 © Getty / Sylvain Lefevre

Elle a expliqué que le Front National n'avait pas bénéficié d'un temps de parole suffisant durant les primaires de la droite puis de la gauche, et réclamait donc un rattrapage à partir du mois de février.

Le CSA vient de lui répondre: c’est non! Car de nombreux médias l'avaient bien invitée mais c'était elle ou ses lieutenants qui avaient décliné les invitations. Par ailleurs le rattrapage des temps de paroles n'est pas une solution. Le CSA a rappelé le règlement: "il n’existe pas de report des temps de parole d'une période sur l'autre, ce n’est pas autorisé par le conseil."

La conclusion, comme le chantait si justement Marine Le Pen en direct à la télévision sur iTélé il y a quelques années: tout ça, ce ne sont rien que des mots.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.