Ou comment François Bayrou a mis un bémol hier à la moralisation. D'ailleurs les futurs projets de loi ne seront plus discutés au nom de la "moralisation de la vie publique ".

François Bayrou en conférence de presse sur la loi de moralisation de la vie publique
François Bayrou en conférence de presse sur la loi de moralisation de la vie publique © AFP / FRANCOIS GUILLOT

Mais de la "confiance dans notre démocratie" a précisé le Garde des Sceaux.

Alors pourquoi préférer la "confiance" à la "moralisation" ?

Parce que personne ne peut imaginer qu'un texte puisse rendre tous les acteurs de la vie publique vertueux

a justifié le Ministre de la Justice.

De plus, selon Le Canard Enchaîné, le Premier ministre n'était pas très chaud pour mettre en avant le terme "moralisation" , car en pleine affaire Ferrand, Edouard Philippe craignait que la "morale" revienne comme en effet boomerang, percuter le gouvernement.

Exit donc la "moralisation de la vie publique" , on s'en tiendra à la "confiance", quitte à nous endormir un peu.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.