A Fréjus, le nouveau maire frontiste David Rachline applique les mêmes méthodes que Marine le Pen, en sélectionnant lui aussi les journalistes qui doivent ou ne doivent pas couvrir ses interventions en conférence de presse.

Ainsi, dimanche, au soir de son élection, le maire d'extrême droite de Fréjus a refusé l'accès à un journaliste del'Express .

David Rachline
David Rachline © MaxPPP / Philippe Arnassan

Cette exclusion serait due à l'évocation, dans les colonnes del'Express , de plusieurs épisodes du passé de David Rachline.

« Visiblement », écrit l'hebdomadaire,«David Rachline n'a pas apprécié que nous rappelions sa collaboration à un livre d'entretiens de "jeunes nationalistes" sorti en 2008. Il n'a pas apprécié non plus la publication d'une vieille photo de lui, posant avec un responsable de la Phalange espagnole, un mouvement fascisant.»

A propos de cette photo encombrante, le nouveau maire de Fréjus a répondu qu'il ne peut pas vérifier à chaque fois le passé de tous ceux qui posent à ses côtés. L'argument a déjà été utilisé par le Front national pour d'autres photos embarrassantes.

Finalement, David Rachline reconnait qu'il a mal pris certains articles parus dans l'Express et qu'il a eu ce dimanche soir là "un mouvement d'humeur", mais qu'à l'avenir, "il ne fera plus de tri parmi les journalistes".

C'est promis ! __

Extrait du titre "C'est promis" de Phil Barney

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.