Le Washington Post s'est penché sur l'histoire du sourire sur les photographies. En rappelant qu’il fut un temps où on préférait ne pas sourire devant le photographe.

D’ailleurs une étude américaine qui a passé en revue plus d'un siècle de photos de classe, entre 1905 et 2013, confirme que jusqu'à la Seconde guerre mondiale, il était assez mal vu d'afficher un large sourire sur une photo.

Un visage souriant pouvait être perçu comme un signe de niaiserie, de puérilité et même pour certains, comme un signe de méchanceté, un peu comme on parle d'un sourire maléfique, voire satanique.

John Fitzgerald et Jackie Kennedy à leur mariage
John Fitzgerald et Jackie Kennedy à leur mariage © Toni Frissell (Domaine public)

Et puis, les choses ont changé quand l'industrie photographique s'est imposée. Kodak, notamment, a changé les codes, avec un slogan publicitaire qui disait aux familles « d'enregistrer leurs moments Joyeux avec Kodak ».

Peu à peu le sourire est devenu une posture un peu forcé, comme dans les mariages, quand on prononce un large « cheeeeeese » pour cacher qu'en fait, on en a un peu plein les bottes.

Extrait du sketch de Jean-Marie Bigard "La photo de mariage" :

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.