40 ans après vos journaux se demandent ce matin ce qu'il reste du maître et de son influence sur l'art. « Quatre décennies après sa mort Picasso règne encore », écrit le Figaro son plus beau legs reste la liberté et l'audace créatrice.

Picasso dansant devant les Baigneurs à la Garoupe
Picasso dansant devant les Baigneurs à la Garoupe © DD Duncan 2012 / Christine Siméone

Le musée Picasso rouvrira ses portes à l'automne prochain à Paris. Sa directrice Anne Baldassari rappelle que Picasso n'a pas toujours été encensé. Dénigré même dans les années 20 quand le milieu de l'art officiel lui reprochait d'avoir trahi la cause puriste du cubisme qu'il avait inventé en 1907, accusé d'avoir sacrifié au retour à l'ordre néo classique.

Dans la dernière partie de sa vie, également, les américains lui ont parfois reproché ses obsessions érotiques.

« Picasso et l'amour » : en 1966 l'une de ses rares interview de à la télévision à la RTBF, rediffusée récemment sur Arte.

Pablo Picasso, en 1966, capable d'aimer même un bouton de porte ou un pot de chambre, disait-il. Que reste-t-il de Picasso 40 ans après sa mort, dans le Figaro et les Echos de ce vendredi.

Les liens

Interview Pablo Picasso en 1966 par la RTBF, rediffusé sur ARTE

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.