Alors que le Pape François lance un appel pour les chrétiens persécutés, le refus par la RATP d’une campagne d’affichage, un concert du groupe « les Prêtres » au profit des Chrétiens d’Orient, tombe mal.

L’exemple même du souci de laïcité mal placé. Et voilà que la RATP, en voulant se rattraper, ne fait qu’aggraver les choses : la régie propose de mentionner sur les affiches l’association « L’œuvre d’orient » qui soutient les minorités chrétiennes, ce que personne ne sait évidemment et donc le message n’en est pas plus clair.

Comme le dit dans un tweet NKM : se tromper est excusable, s’obstiner est condamnable.

Même à gauche, on s’offusque, comme Jean-Vincent Placé, le sénateur d’EELV, qui demande à la RATP de régler ce problème dès demain. La RATP qui annonce la mise en place d’une instance de réflexion sur l’affichage public.

Rappelons qu’il s’agit d’annoncer un concert au profit d’une communauté victime de persécutions. La réflexion devrait aller assez vite.

Le pape François
Le pape François © MaxPPP/Zumapress/Evandro Inetti

Autre nouvelle de Pâque et cette fois, c’est une nomination qui pose problème semble-t-il, au Vatican : la nomination au poste d’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège de Laurent Stéfanini, un célibataire sans enfant, notoirement homosexuel sans être militant dont on dit que le Vatican hésiterait à valider ce choix de l’Elysée.

Pour certains, c’est de la provocation. Ludovine de la Rochère notamment, la présidente de la Manif pour Tous, qui a saisi le nonce à Paris pour lui faire part de ses réticences. En oubliant que l’archevêque de Paris lui-même, le cardinal XXIII a remis une lettre au Pape pour soutenir la nomination de Laurent Stefanini. Pourquoi se faire plus royaliste que le roi...

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.