C'était le thème du discours du nouveau candidat hier soir.

Il veut réconcilier les gauches. Or on ne manquera pas de lui demander comment il compte réconcilier deux gauches dont il disait il y a encore six mois qu'elles étaient irréconciliables.

"C'est vrai" a reconnu Manuel Valls "j'ai eu des mots durs, et à l'avenir je ferai un effort".

Avant la réconciliation, la pénitence, ce doit être l'esprit de Noël. La cérémonie solennelle par laquelle le pécheur pardonné est réadmis dans la communauté. Mais pour le laïc Manuel Valls, cette réconciliation n'a rien de religieuse.

Pour un Manuel Valls habitué à donner des coups, la réconciliation, c’est d’abord un combat.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.