Arielle Dombasle et Era (Ave Maria)
Arielle Dombasle et Era (Ave Maria) ©

Arielle Dombasle et son équipe de tournage pour son prochain clip ont-ils profané un lieu sacré ?

C'est ce que dit le père Emmanuel Dollet, aumônier de l'hôpital du Val de Grâce, qui a découvert lundi en entrant dans son église que le lieu de culte était investi par la chanteuse et son équipe. Les chaises entassées d'un côté, un buffet improvisé entre deux pièces sacrées vieilles de plusieurs siècles, Arielle Dombasle enveloppée dans une robe ne laissant rien ignorer de sa silhouette…

Or, plusieurs jours auparavant, le curé avait refusé la demande d'autorisation de tournage. Pour quel motif ?

« L'église du Val de Grâce, c'est pas le Crazy Horse ! » explique le Père Collet, qui déplore un manque de respect. Mais visiblement, d'autres consignes avaient été données par sa hiérarchie.

D’ailleurs ce n'est pas la première fois que son avis est contourné. Il y a quelques mois, cette même église avait été choisie pour faire la promotion d'escarpins d'une grande marque pour les pieds des filles... du Crazy Horse, encore une fois !

Le producteur d'Arielle Dombasle, loin de vouloir s'excuser, voit dans l'attitude du curé un retour inquiétant de l'intégrisme religieux. En attendant de voir le clip, la chanson d'Arielle Dombasle est déjà distribuée sur Internet : un Ave Maria dans une version toute personnelle, soutenue par la batterie et les claviers synthétiques.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.