Ce sont deux chanteuses françaises, deux générations et deux conceptions du monde bien différentes.

Les Pussy riot
Les Pussy riot © Radio France

A ma droite, Mireille Mathieu, qui estime que les jeunes femmes russes de Pussy Riot ont commis un sacrilège en allant chanter une prière anti-Poutine dans une cathédrale russe (elles ont été condamnées à deux années de camps). « Une église n'est pas un lieu pour manifester » dit la chanteuse française à une télévision russe, c'est donc un sacrilège -ce en quoi elle n'a pas tout à fait tort.

Mais d'autres répondent qu'il faut savoir forcer le destin pour bâtir un monde avec des mots d'amour.

Mireille Mathieu a tout de même fini par souhaiter un peu d'indulgence pour les trois chanteuses russes condamnées.

Sur le même sujet, une autre chanteuse française, Jeanne Cherhal, a mis en ligne une chanson pour saluer, au contraire, le courage des chanteuses condamnées dans cette Russie de Poutine qui n'aime pas beaucoup les opposants au régime : « Tant qu'il y aura des Pussy Riot ».

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.