Un plan qui tarde à se faire connaître, probablement avant les élections municipales.

L'hebdomadaire Le Point croit en connaître une des mesures : la fin des cours en langue turque, donnés par des fonctionnaires d'Ankara auprès de 15 000 jeunes franco-turcs dans les écoles françaises. Sauf que des parents d'élèves dénoncent des cours de "propagande islamo-nationalistes".

Le ministre Jean-Michel Blanquer aurait donc soufflé à l'Elysée l'idée de remettre en cause ce type d'expérience dans les écoles .

Quand Emmanuel "Macron ne veut plus de fonctionnaires turcs dans nos écoles ", un article à lire dans Le Point.

  • Extrait musical : Mauvaise école de Kool Shen.
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.