Dans le canton de Berne, en Suisse, le dimanche 23 septembre, les habitants diront s'ils veulent garder ou supprimer le forfait fiscal dont profitent deux cents personnalités exilées fortunées, la plupart installée à Gstaad et ses environs.

Johnny Hallyday
Johnny Hallyday © MaxPPP / WCN

Les Suisses seraient de plus en plus nombreux à critiquer ce dispositif fiscal qui permet aux exilés fiscaux de ne payer qu'environ 10 % de leurs revenus.

Le journal suisse Le Matin s’est penché sur le cas de Johnny Hallyday, résident suisse depuis 2006. Calculette à la main, l'an dernier, le rocker aurait gagné cinq millions d'euros et n'aurait payé en Suisse que cinq cent quatre vingt mille euros, soit ce qu'il dépense en deux mois, si l'on en croit des proches que cite le journal suisse.

Dans le canton de Berne, une députée socialiste estime que cela suffit. Selon elle, le canton et la confédération se font voler.

Si le 23 septembre les Suisses décident de ne plus attribuer ce forfait qui ne profite qu'aux étrangers, cela reviendra à chasser Johnny Hallyday. Une façon de dire au rockeur qu'il n'est plus le bienvenu à Gstaad, si ce n'est que pour des raisons fiscales.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.