C’est ce qui s'appelle, prendre le taureau par les cornes: même le journal Les Echos le dit, le président de la République frappe fort contre la fraude fiscale, pour imposer la transparence aux responsables publics, aux banques et aux grandes entreprises, jusqu'aux paradis fiscaux qu'il veut éradiquer.

la commission européenne invitée à agir contre les paradis fiscaux
la commission européenne invitée à agir contre les paradis fiscaux © reuters

Déclaration de François Hollande hier

La mesure pourrait être étendue aux grandes entreprises. Le ton est ferme, l'intention est bonne. D'où vient ce sentiment que les résultats ne seront sans doute pas au rendez-vous. Peut-être parce qu'on a déjà entendu ça.

Déclaration de Nicolas Sarkozy en 2009

Intentions louables également: c'était en 2009 à la veille d'un G20 qui n'a pas été vraiment suivi d'effet. Parce qu'en Europe, où prévaut la règle de l'unanimité sur ces sujets, tout est toujours plus difficile et plus long.

Mais toujours sur le métier remettre son ouvrage : déjà le Luxembourg se dit prêt à lever le secret bancaire en 2015.

Il semblerait cette fois, l'affaire Cahuzac aura au moins servi à ça, que sous la pression des opinions publiques, les esprits soient prêts. La moralisation de la vie publique c'est peut-être bien maintenant.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.