La une de Libération ce lundi 10 septembre
La une de Libération ce lundi 10 septembre © Libération

Comment Libération en est-il venu à traiter Bernard Arnault de « con », en Une hier -ce qui vaut d'ailleurs au journal une plainte pour injure publique ?

Ce sont les journalistes de Libération qui le racontent eux-mêmes ce matin : « les coulisses de la polémique ».

Tout commence dimanche à 15h15, dans les locaux du journal, pour la réunion dite « d'édition » et comme d'habitude se pose la question de la Une du lendemain. Croisement de vannes et de boutades… Sylvain Bourmeau, le directeur adjoint, tente le « Casse-toi riche con ». Quelques rires autour de la table, quelques interrogations aussi...

Et finalement, les « pourquoi pas ?» l'emportent sur les « non mais ça va pas ! ».

Bourmeau fait le tour des étages pour tester sa trouvaille ; le directeur, Nicolas Demorand, valide.

Le lundi matin, à 10 heures, après la diffusion du journal, donc, nouvelle conférence de rédaction. Et là encore, les avis sont partagés : « on ne devrait pas recourir à l'insulte », « au contraire », répond un autre, « y’en a marre de la bienséance et d'abord, c'est Bernard Arnault qui, le premier, a fait un bras d'honneur, il est normal de répondre sur le même registre ».

Au final, une polémique, un débat, et une plainte pour injure.

Et ce matin, ce nouveau titre de Libé censé calmer les esprits : mais comment ne pas y voir une nouvelle provocation ? « Bernard si tu reviens on annule tout », allusion au SMS que Nicolas Sarkozy aurait envoyé à Cécilia 8 jours avant son mariage avec Carla Bruni.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.