La droite ne se remet pas de la relaxe des 9 Femen auxquelles on reprochait d'avoir dégradé une cloche de Notre-Dame à Paris en février 2013

D'ailleurs, il n'y a qu'à lire le titre du Figaro ce matin : « L'incroyable relaxe des femen ». Après l'annonce de cette relaxe hier, la consternation s’est exprimée sur les réseaux sociaux?

Christine Boutin, par exemple, assimile cette relaxe à un « droit au blasphème », « une provocation » et au final, dit-elle, « une France bafouée ». « Un permis de haïr », s'indigne à son tour le sénateur UMP Bruno Retailleau.

On rappellera que trois surveillants de la cathédrale, poursuivis pour violence envers les Femen, ont été condamnés hier à des amendes avec sursis. Ce qui faisait dire hier aux Femen sur Twitter, que « la République française a considéré qu'il était plus grave de taper sur des femmes que sur une cloche ».

Voilà qui a rassuré un peu les femmes aux seins nus.

polémique après le suicide de notre-dame
polémique après le suicide de notre-dame © reuters

Extrait de "Les trois cloches", des Compagnons de la Chanson :

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.