La victoire de la "République En Marche" se précise pour le second tour.

Le président Emmanuel Macron. Le Touquet. 11 juin 2017.
Le président Emmanuel Macron. Le Touquet. 11 juin 2017. © Maxppp / EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Les journaux la comparent à un tsunami, un raz de marée, une déferlante ou une OPA.

Une gifle pour les partis traditionnels et une bonne paire de claques sur les joues de quelques ténors politiques éliminés dès le premier tour. Exit Jean-Christophe Cambadellis, Benoît Hamon ou Cécile Duflot.

Des défaites plus ou moins bien vécues d'ailleurs. La palme du commentaire le plus sanguin revient à Henri Gaino, le député sortant Les Républicains, sèchement éliminé hier soir a estimé que l'électorat dans sa circonscription était "à vomir".

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.