Ces Victoires de la Musique, dont on fêtera les 30 ans ce soir sur France inter, ont pour vocation -entre autres- de faire émerger les talents que France Inter diffuse déjà depuis quelques mois. Des « révélations », comme on dit aux Victoires. Benjamin Clémentine par exemple, ou Adila Sedraïa, qui seront ce soir sur scène.

Les Victoires de la Musique
Les Victoires de la Musique © Les Victoires de la Musique / Les Victoires de la Musique

Il y a ceux qui font office de révélation permanente -c'est le cas de Dominique A qui, malgré une victoire de chanteur de l'année en 2013, passe pour un éternel espoir- et il y a les révélations disparues, celles qui sont montées sur scène un jour pour recevoir une Victoire, mais dont on a plus trop de nouvelles des années après. C’est le cas de celui qu'on appelait le petit Prince du Raï, Faudel, révélation de l'année 1999 aux Victoires de la Musique disparu des radars depuis 2007, après avoir soutenu Nicolas Sarkozy (comme Mireille Mathieu qui, elle, n'est plus une révélation non plus).

Disparue également des écrans radars , cette chanteuse qui avait ému Dédé Manoukian à la nouvelle star 2006 : Miss Dominique , finaliste de la nouvelle star en 2006 puis révélation du public aux Victoires de la Musique 2007. Un beau palmarès, un parcours sans faute, un contrat chez Sony, un premier disque d'or, puis un deuxième et puis… Plus rien !

Dernier exemple lui aussi disparu des écrans radars de la chanson française : Menelik. Tout a baigné pour lui. "Tout baigne", tube de l'année 1995. L'année suivante il montera sur la scène des Victoires de la Musique et repartira couronné de la révélation "variété" de l'année. Menelik dont on a plus beaucoup de nouvelles discographiques, a tenté un retour à la musique en 2008 désormais sous le pseudonyme : MNLK.

Les Victoires de la Musique ne sont pas forcément les gloires de demain.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.