peur
peur © stuant / stuant

Quelques mots ce matin sur le business de la peur, car c'est un marché qui prospère et même en forte progression écrit Libération en listant l'ensemble des peurs qui ont gagné la forteresse Occident depuis les attentats du 11 septembre, de l’Afghanistan au Mali.

Les peurs économiques, aussi, animée par la globalisation. D’ailleurs, parler de « guerre » économique est devenu monnaie courante.

Sur la toile également un autre front de la peur, avec les cyber-attaques les hackers et leur cyber-espionnage qui font trembler autant les industriels que les politiques.

Toutes ces peurs au quotidien ont donc généré leur business sécuritaire : le business de la sécurité intérieure. Cela passe par les cameras de vidéosurveillance. Exemple à Mexico, qualifiée de « capitale de la délinquance » : les caméras fixes en haut des murs n'y suffisent plus, ce sont désormais des drones qui surveillent les mouvements de foule.

La conclusion de cette enquête, avec les mots de Victor Hugo : « Dans ce moment de panique général, je n'ai peur que de ceux qui ont peur ».

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.