bernard tapie dénonce les fantasmes sur un arbitrage "bidon"
bernard tapie dénonce les fantasmes sur un arbitrage "bidon" © reuters

Patrick Lelay est cité dans l'affaire de l'arbitrage du dossier Tapie/Crédit Lyonnais. Mise en cause dans Le Figaro par le député centriste Charles de Courson, l'un des meilleurs connaisseurs politiques de ce dossier.

Cela dit, a priori rien de répréhensible dans les services qu'aurait rendus l'ancien patron de TF1 à son ami Bernard Tapie, puisqu'il ne serait pas intervenu directement. « Juste un rôle d'intermédiaire », selon Charles de Courson, « pour sensibiliser son autre ami Nicolas Sarkozy aux ennuis de Bernard Tapie ». « Un simple rôle d'intermédiaire qui n'est pas sanctionnable », précise Charles de Courson.

Des propos qui scandalisent Patrick Lelay : « Tout cela, dit-il, n'est qu'un amalgame invraisemblable ».

L'ancien patron de TF1 rétorque qu'il n'est intervenu ni de près, ni de loin, dans ce dossier d'arbitrage. « Et qu'on arrête de dire qu'il a aidé qui que ce soit dans la campagne présidentielle de 2007 ».

Tout juste Patrick Lelay reconnait-il des liens d'amitiés avec Bernard Tapie : « je ne l'ai jamais lâché quand il était en difficulté », dit-il au Figaro.

Il faut rappeler, aussi, que Bernard Tapie fut un temps actionnaire de TF1 à hauteur de 3%

Charles de Courson précise que lorsque Bernard Tapie est sorti de prison, il a effectivement pu compter sur son ami Patrick Lelay qui lui a offert le rôle-titre de la série « le Commissaire Valence », série récurrente de TF1.

Après tout, « les amis, c'est fait pour ça ».

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.