"Jacques Dutronc, la vie malgré lui", c'est le titre d'un documentaire de Frédéric Brunnquell diffusé hier soir vendredi 15 décembre sur France 3. Un portrait qui identifie parfaitement les failles du chanteur.

Jacques Dutronc sur la scène du Zénith le 12 janvier 2010 à Paris.
Jacques Dutronc sur la scène du Zénith le 12 janvier 2010 à Paris. © AFP / BERTRAND GUAY

Son verre de vin rouge omniprésent, comme son cigare à la bouche, la provocation en guise d’esquive pour ne pas avoir à dire ni qui il est, ni ce qu’il ressent sincèrement.

C’est un documentaire non hagiographique qui explore les zones d’ombres de Dutronc. Un enfant à qui les parents de la petite bourgeoisie ne disaient jamais non, un chouchou dont on a toujours excusé les excès ; un enfant gâté qui aime parfois se saborder lui-même, y compris devant les cameras de télévision.

Quelques moments de sincérité malgré tout, comme lorsqu’il confie ce qu’il pensait réellement, à l’époque, des chansons de Françoise Hardy, sa compagne.

► Jacques Dutronc, la vie malgré lui, signé Frederic Brunnquell, documentaire diffusé hier soir sur France 3, et donc disponible en rediffusion sur france.tv.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.