Fianso, (à l’endroit ça donne Sofiane, son vrai prénom) veut rassembler et donc ne plus ghettoïser.

Catpure d'écran du clip de Sofiane "#Jesuispasséchezso : Episode 10" (16/02/2017)
Catpure d'écran du clip de Sofiane "#Jesuispasséchezso : Episode 10" (16/02/2017)

Le journal Le Monde poursuit sa série sur les banlieues. Hier le rôle des daronnes, aujourd‘hui celui de Fianso: le rappeur qui tente de rassembler, alors que résonne dans les journaux et dans la rue les cris de « justice pour Théo » et « justice pour Adama » !

Depuis mai 2016, il tourne des vidéos dans toutes les cités réputées fermées de France: la Castellane à Marseille, les Musiciens aux Mureaux… Des vidéos virales qu'il diffuse ensuite sur YouTube #JesuispasséchezSo, cassant ainsi l'image des rappeurs qui ne représentent qu'une seule ville.

Pour autant, il ne veut pas que les médias fassent de lui un Malcom X. «Je ne suis vraiment pas un exemple » dit-il en reconnaissant qu’il a participé aux émeutes de 2005.

Aujourd‘hui Fianso lit beaucoup. Il cite Molière, Shakespeare, puis il a découvert Apollinaire, Descartes, mais il n’a jamais aimé l’école.

Dans ses clips, les images sont cashs: revolver, drogue et alcool et l’argent comme motivation pour une vie meilleure.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.